Visiteuse

Publié le 17 Février 2011

L'heure des consultations est presque finie, la sonnette retentit. Zut, tu pensais n'avoir plus qu'un patient et aller courir après.

Tu ouvres la porte de la salle d'attente, le patient rentre. Tu la vois, c'est une visiteuse médicale. 45 ans, sourire tellement figé que tu as l'impression qu'ils ont raté son botox, brushing foufou sur cheveux secs tant ils ont été décolorés, un énorme sac qui déborde de dépliants. Tu lui dis que tu ne reçois pas les visiteurs médicaux. Elle te supplie presque de lui accorder cinq minutes. Elle te dit que c'est pour les contraceptions. Tu es faible et fatiguée, tu acceptes. Tu regrettes déjà. Tu t'en veux d'avoir oublié de mettre le panneau comme quoi tu ne les reçois pas sur la porte. Tu as vraiment la tête ailleurs cette semaine.

Tu fais sortir ton dernier patient. Tu soupires. Tu n'as pas envie de la voir. 

Tu la fais entrer. Tout de suite, elle occupe l'espace. Elle étale ses affaires par terre. Elle te parle comme si vous vous connaissiez depuis toujours. Tu prends ton air blasé mais tu sais que tu n'arrives pas à prendre l'air blasé. De toute façon, elle s'en tape. Elle est là pour te montrer sa came et te la faire accepter. Elle s'appuie sur le bureau. Tu es dans le fond de ton fauteuil, en position de repli. Elle te montre le dépliant pour la fameuse pilule. Tu regrettes de ne rien avoir lu sur le sujet. Pourtant en cours de communication, on t'avait dit que ça marchait les positions corporelles. Apparemment non. Il faut vraiment que tu postes ton abonnement à Prescrire.

L'argumentaire est toujours le même : "Cette pilule est extraordinaire! C'est le premier estradiol naturel. Vous vous rendez compte? On se rapproche de la nature, 4 dosages sur un mois. Quel bonheur pour les femmes (et pour les poches du labo). Regardez ces petits diagrammes comme ils sont merveilleux et comme ils montrent que cette pilule est formidable! (il est très facile de fausser les diagrammes avec des échelles différentes, on peut tout faire dire aux chiffres en bidouillant bien) La vie est plus belle avec que sans. Pour les jeunes c'est super parce que c'est 28 comprimés or c'est toutes des têtes de linotte. D'ailleurs je l'utilise et ma fille aussi (tu te rappelles que toutes les visiteuses de labo t'ont toujours raconté qu'elles utilisaient la pilule qu'elle vendaient, pourtant celle là tu l'aurais cru ménopausée, le botox peut-être) et depuis nous sommes ravies."

Tu te rappelles la sortie de jasmine que tu as préféré ne jamais prescrire et qui est maintenant sur la liste des médicaments sous surveillance. Tu es restée sur des valeurs sures, sur lesquelles on a du recul, comme d'habitude. Les trucs tout nouveaux tout beaux tu n'es jamais emballée. L'expérience t'a donné raison, comme pour ce merveilleux médicament qui faisait maigrir les diabétiques, l'acomplia. 

Elle a une logorrhée verbale. Tu aurais dû chronométrer ces fameuses cinq minutes accordées. A une époque tu l'as fait et puis tu as arrêté de les recevoir, même 5 minutes c'était trop long, tu ne leur dois rien.

Elle veut te donner un dépliant, tu ne les prends jamais, sinon ils partent de toute façon à la poubelle. Elle a une autre pilule à te montrer. La seule chose qui t'intéresse c'est la date de sortie du miniMirena. Elle ne sait pas : "bientôt". Bon, il y a 3 ans c'était déjà bientôt.

Tu ne l'écoutes pas vraiment. Elle parle trop. Elle s'en va enfin.

Tu fais des recherches. Prescrire a dit de cette pilule "n'apporte rien de nouveau", il vaut mieux continuer de prescrire ce dont tu es sure. Tu scotches le panneau sur la porte. Il est temps d'aller manger. Enfin.

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Ma médecine

Repost 0
Commenter cet article

Zouk 28/02/2011 00:52


Ah ah, toujours un peu gourmande... C'est bien !
Et les visiteurs, il n'y a pas moyen de leur dire en cours de route "vos 5 minutes qui en durent 15 ont déjà entamé mes 20 de repas, ça suffit merci bien !" ?
Je sais ce n'est pas très doux mais bon, il n'ont qu'à pas mentir sur le temps nécessaire à leur exposé !


Fluorette 28/02/2011 13:16



C'est jamais évident d'être ferme. Mais j'essaie parfois. 


C'est vrai qu'il baratinent et que je ne devrais pas culpabiliser de les bouler



nfkb 18/02/2011 12:25


l'heure d'aller manger ?! c'était pas l'heure d'aller courir ?


Fluorette 18/02/2011 13:46



Si...


Mais finalement ça a été l'heure d'aller manger. J'ai honte. Mais bon. Crie pas! ;)


 



Valérie de haute Savoie 18/02/2011 06:46


Un de mes oncles, fut visiteur médical un temps, le temps de trouver autre chose. Je n'étais pas bien vieille, mais je me souviens combien j'avais été étonnée que cet ancien militaire à la retraite
(la retraite militaire était prise tôt) qui ne connaissait rien de rien à la médecine, pouvait pratiquer ce métier.
Mon père ne recevait jamais les visiteurs médicaux, déjà à l'époque, et il était un des rares de notre ville à le faire. C'était très mal vu.


Fluorette 18/02/2011 08:27



Votre père était un pionnier! A l'époque ce devait être très difficile puisque c'était dans les moeurs



Gélule 17/02/2011 13:45


Depuis 1 an en cabinet, je recevais les VM par pure politesse (ils étaient vus par mes chefs, bon ben ok j'allais pas les foutre dehors). Le problème c'est comme tu le dis, les 5 minutes qui se
transforment en logorrhée sur leur truc-qui-lave-plus-blanc ou leur truc-qui-existe-depuis-des-plombes.... j'ai donc décidé de ne plus les recevoir, pas par conviction anti-labos, mais parcequ'ils
me font perdre mon temps : les vieux trucs je les connais déjà, les trucs nouveaux je les prescris pas parce que je veux être archi sûre de ce que je fais quand je prescris (voilà : même pas de la
conviction, juste de la trouille) donc je supporte leur blabla pour rien.


Fluorette 18/02/2011 08:26



C'est une perte de temps. Un temps qui pourrait être utilisé à autre chose. Lire des articles non influencés par eux par exemple.


Les valeurs sures sont ce qu'il y a de mieux