Visiteuse 2

Publié le 24 Juillet 2012

Quand je suis sortie de mon bureau, vous êtiez accoudée au comptoir de la secrétaire. J'ai dit au revoir au patient sortant et appelé le suivant. Je vous ai dit bonjour, je ne vous ai pas laissé le temps de répondre et j'ai suivi mon patient dans mon bureau. Timing parfait.

Quand je suis ressortie de mon bureau, vous êtiez encore là. Pas de chance d'avoir oublié le nom du patient d'après mais ça m'arrive tout le temps, mémoire de poisson rouge. Vous en avez profité pour me dire "puisque vous avez un instant". J'ai dit non, je ne reçois pas les laboratoires. Une première fois. Puis "oui je sais mais..." De nouveau un non de ma part. Vous avez insisté avec "J'organise une soirée avec le Pr Bidule sur...". Je vous ai coupé la parole : "non". Ca ne vous a pas empêchée de suivre avec "Mais j'ai invité aussi les infirmières et...". De nouveau un "non" suivi d'un au revoir. Je suis rentrée dans mon bureau et j'ai fermé la porte. 

A ma sortie suivante, vous n'êtiez plus là, enfin! Supersecrétaire m'a expliqué qu'elle vous avait déjà prévenu que je ne recevais pas les laboratoires. Puis elle m'a décrit cet air choqué-indigné accompagné du "mais il faut bien qu'elle rencontre les autres!" avant votre départ. Il faut croire que vous ne comprenez pas bien quand on vous parle, je vous conseille de consulter afin de vérifier que vos conduits auditifs ne sont pas obstrués. Vous avez trop insisté madame.

Je rencontre mes confrères médecins, infirmières, kinés, dentistes... à d'autres occasions, au diner de la banque, autour d'un repas, au téléphone. Mais jamais dans une réunion organisée par vous.

Je ne reçois plus vos collègues depuis longtemps. L'article de Prescrire sur les méfaits des petits cadeaux des laboratoires m'a confirmé que c'était un piège. J'estime ne pas avoir besoin de justifier le fait que je ne vous reçoive pas. Je suis désolée que votre métier soit ingrat et difficile mais ça ne m'oblige pas à perdre mon temps avec vous. J'ai toujours été aimable. Vous, vous ne respectez pas le non et vous auriez mérité un pied aux fesses.

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Ma médecine

Repost 0
Commenter cet article

Ingrid 02/11/2012 15:19

Tellement contente de lire ainsi mon propre ressenti ! je suis scotchée par tous les MG qui se font rincer la gueule par les labos dans les restos ou les relais châteaux. Je lisais régulièrement
sur FB "Chroniques d'un médecin remplaçant"... quelle déception. Il préfère se faire soudoyer que de recevoir les visiteurs de la sécu. Ok c'est pas le Pérou mais l'idée est plutôt bonne non ?
pharmacoviligance et recos ... Les VM une vraie plaie ! déjà que je ne pouvais pas les sentir à l'hosto, enfin si à 5 km avec leur parfum et leurs peintures de guerre. Elles vendaient quoi
exactement un médicament ou leur cul ? Ensuite quand j'ai fait mon super méga trop génial stage chez le prat, je m'en tapais presque 3 tous les jours !!! moi qui ne savais rien prescrire en soins
primaires, j'avais la tête pleine de bonbons et de discours racoleurs. Quel désarrois quand je faisais un tour de Prescrire et que je constatais à quel point je faisais de la merde. "Un symptôme=un
médicament" voilà à quoi on a été élevé ! quand j'ai commencé mes remplas, j'ai refusé catégoriquement et systématiquement de recevoir les labos. Il a fallu être ingénieuse car certains ne lâchent
rien, ils sont prêts à tout pour s'infiltrer. J'en ai même un qui m'a laissé croire qu'il était un patient jusqu'à ce qu'il me sorte ses jolis dépliants arc-en-ciel sur le bureau. Ca m'a mis dans
une telle rage qu'il s'en souviendra un long moment. Sans compter sur des répliques comme "mais la douleur ça ne vous intéresse pas Docteur ? " ou encore "ça ne vous intéresse pas de vous tenir
informée" devant tous les patients de la salle d'attente. Bref y'en a mare aux canards ! à quand une interdiction claire et nette des VM au sein de nos facultés ou pendant notre formation voir même
dans les cabinets libéraux ? ouai je sais "interdire fait frémir " mais il faut réagir !

danielle 26/09/2012 23:11

Intéressant, mais probablement déjà un peu has been car les propositions ne tiennent pas compte de la réforme du poste internat annoncée

Florence 11/08/2012 11:44

des bisous…:)
c’est toujours un plaisir de vous lire, c’est beau, touchant avec de vrais morceaux de hauts et de bas dedans… la vie,quoi !

Florence

Fluorette 14/08/2012 09:18



Des bisous, c'est toujours ça de pris Merci



patrick poisson 29/07/2012 09:42

Pour ceux qui doutent encore de l'impact sur nos prescriptions du choix de recevoir ou non les visiteurs médicaux

Une thèse (Etienne FOISSET ) vient d'etre publiée sur ETUDE DE L'IMPACT DE LA VISITE MEDICALE SUR LA QUALITE DES PRESCRIPTIONS DES MEDECINS GENERALISTES BRETONS.



Le principal problème étant que les médecins sous estiment ou n'ont pas conscience ( déni)de l'influence des VM sur les prescriptions


http://www.apima.org/img_bronner/these-etienne-foisset_visite_medicale.pdf

lire aussi ce travail d'une anthropologue Anne VEGA sur

Cuisine et dépendance : les usages socioculturels du médicament chez les médecins généralistes français

http://www.formindep.org/IMG/pdf/rapport_final3.pdf

Fluorette 01/08/2012 12:23



Merci pour cette référence. Effectivement nous sous-estimons le pouvoir des visites. Dommage



SoleilDeMarseil 26/07/2012 19:56

J'ai un truc spontanément une fois : j'ai dit non, comme toi, et comme le VM enchaînait,j'ai ouvert la porte de la sortie du cab avec un petit sourire genre "on ne me la fait pas à moi" ça a très
bien marché !!!