Un suppo et au lit

Publié le 2 Juillet 2012

 

Il est midi et demi. Et miracle, pour une fois, c'est déjà l'heure de manger. J'attrape la pile des courriers du jour pour lire en attendant que le micro-ondes ait fini de chauffer une barquette qui fait pas envie. Après avoir pris des nouvelles de mes patients, je jette les différents prospectus sauf un qui retient mon attention : le SuppoQuiGuéritLesHémorroïdes. Tadam.

Il faut dire que le prospectus est bien fait. Coloré, informatif mais surtout interrogatif. 

DSCN1669.JPG

On remarque que je ne suis pas très douée avec mon scanner et que j'ai du photographier la chose.

On ne sait pas bien non plus ce que fait le gars avec le taureau, peut-être lui met-il un suppo...

 

En effet en voilà une question qu'elle est bonne : dans quel sens faut-il introduire le suppo?

J'ai demandé à son avis à @Thoracotomie, l'expert au blog sérieux. Je vous laisse apprécier la réponse : "Comme un bijou d'anus je suppose "  "En réalité si on réfléchit un peu c'est plutôt un mélange de balistique et d'anti-sextoy : la partie distale étant + fine que la proximale, elle est faite pour être aspirée et ne pas ressortir " . DOnc mettre un suppo c'est plus compliqué qu'un épisode des experts!

C'est important (ou presque) parce qu'en France, le suppo est plus prescrit que dans d'autres pays. On ne sait pas si c'est par habitude, parce que les gens aiment ça (oui oui il y en a*) ou parce que certains parents préfèrent le suppo car leur gamin leur recrache le doliprane en pleine figure ou pour des raisons que je préfère ne pas imaginer.

Le bon sens populaire (en tous cas, le mien) expliquerait ainsi : c'est profilé en pointe, il faut donc l'insérer pointe vers l'avant afin de profiter de l'aérodynamisme de la chose. Cependant, si la question est posée il y a peut-être un piège et serait-ce dans l'autre sens? Ca parait un peu étrange tant de questions sur une si petite chose.

Que nenni! Des scientifiques ont planché sur la question. Il semble que c'était des gens sérieux puisqu'ils ont réussi à publier dans The Lancet. En introduisant le suppo par la base, on observerait un taux d'expulsion plus faible. (j'aimerais bien savoir qui a participé à cette étude, ça devait être de grands moments, ça me rappelle la période où j'ai fait cobaye pour la science, un jour peut-être je raconterai ça)

 

DSCN1670.JPG 

"expliquez l'intérêt de cette voie à vos patients" Mouhahahaha

 

 Je vous vois sourire mais Wikipedia (oui, j'ai des sources fiables) nous informe aussi que :

"La façon la plus naturelle d'introduire le suppositoire est par la partie pointue en premier. Cependant, il est plus indiqué d'introduire le suppositoire par son extrémité plate. L'introduction par l'extrémité plate a les avantages suivants : le suppositoire reste et fond juste au dessus du canal anal (dans la partie supérieure du rectum), et il n'est pas poussé par les contractions de l'intestin qui agissent dans le sens de la descente de l'objet.

Cependant, l'introduction du suppositoire par l'extrémité plate aura pour conséquence un passage dans la vascularisation de la partie supérieur du rectum, c'est-à-dire une branche de la veine mésentérique inférieure, cette dernière rejoignant par la suite la veine porte. Cette technique induit alors un premier passage hépatique (passage par le foie, conduisant éventuellement à la métabolisation du principe actif) pour le principe actif du suppositoire administré.

A contrario, l'introduction du suppositoire par son extrémité pointue a pour inconvénient le fait que le suppositoire a tendance à sortir naturellement, mais a l'avantage de passer dans la vascularisation de la partie moyenne et inférieur du rectum, c’est-à-dire la vascularisation qui se jette dans la branche antérieure de la veine iliaque interne (rejoignant la veine iliaque commune, puis la veine cave inférieure). Il n'y aura donc pas de premier passage hépatique avec cette technique.

Il faut bien voir que la vascularisation du rectum est très variable d'une personne à l'autre. Les effets du sens d'introduction (décrits ci-dessus) sont donc relatifs à la personne et peuvent être tenus comme vrais seulement pour la majorité des cas."

 

Forte de toutes ces découvertes, et après avoir fini ma délicieuse barquette, j'ai pris sur moi d'informer mes confrères, la chance qu'ils ont de m'avoir... Ce qui m'a valu ce commentaire fort critique de SuperSecrétaire : "quand même, quel que soit le sens où on met le suppo, ça doit faire super mal aux hémorroïdes**".

 Le bon sens de Supersecrétaire...

 

 

* Sur doctissimo : "comment fabriquer mes suppositoires" (je vous conseille le lien, ce topic est une perle). Commentaire  : "Si un médecin ne sait pas dire comment on fait un suppo, faut vraiment qu'il fasse autre chose!!". Je crois que je devrais faire autre chose...

**Et s'il fait chaud et que, comme conseillé, vous avez mis votre suppo au frigo avant utilisation, ça doit faire "sensation frissons" enfin moi je dis ça je dis rien. Et le prospectus vous conseille "la position allongée sur le côté latéral*** gauche avec le genou droit replié" : pourquoi gauche, je me le demande.

*** côté latéral : les linguistes apprécieront .

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Culture médicale

Repost 0
Commenter cet article

K 10/08/2014 00:16

Sur le coté gauche: parce que cette position laisse la main droite libre (évidemment, pour les gauchers, inverser)

Christine 24/09/2012 23:11

Ahh ! merci MoulinAix !! j'ai bien ri ! déjà le texte initial de Fluorette n'était pas triste mais compléter de ce commentaire il n'en est que plus euh... jouissif !

Moulin'Aix 05/08/2012 09:31

Si je puis me permettre un rapide commentaire:
J'ai gardé un joyeux souvenir du cours de galénique correspondant, en première année de pharma.
D'après mon sympathique professeur, M. VanOverloop que je salue.
1. le suppo c'est pointé en haut: ça fait pas mal, ça ressort pas et c'est un peu fait pour ça.
2. Le grand avantage du suppo, c'est:
a. la facilité d'administration et la bonne observance en pédiatrie (en général la maman sait quand il y a un moment de répit entre les selles). mais aussi en cas de vomissements.
b. La super-rapidité d'action dûe à une forte vascularisation et la grande biodisponibilité car l'effet de premier passage hépatique est largement évité.
À ce sujet, exemple d'illustration préféré du prof: "Lorsqu'on administre un suppo à l'eucalyptus à un patient, il a une haleine fraîche dans les 5min qui suivent. Mais un chewing-gum c'est bien
aussi."

Les trois écueils classiques au sujet desquels il nous a mis en garde:
1. Le frigo c'est pas la joie. Pas agréable et pas vraiment nécessaire, car le suppôt fond non à 37 mais à 38*C. Donc il ne se délite pas dans la main mais se diffuse dans l'ampoule rectale. Bref,
"Fond dans l'anus, pas dans la main!"
2. En stage ou face à un touriste, attention à ne jamais le proposer à un anglophone-saxon, ça les choque profondément. Culture, tout ça.
3. Il existe plusieurs présentations: le blister à languette en plastique blanc bien connu, nèssepââ... Et celui directement coulé dans une ogive en plastique translucide. Pour ce dernier, il faut
TOUJOURS avertir le patient de le démouler. Il est en effet de charmants innocents qui, comment dire... la jouent "all inclusive". Ça fait super mal et ça marche pas du tout. Et ils se plaignent de
ch**r du plastique après.

En espérant avoir apporté ma pierre à l'édifice en révisant mes annales...

olivierdix 17/07/2012 01:08

Il y a deux ans auprès d'un groupe tsigane dans les Carpates (Roumanie) avec qui j'ai passé 2 mois une femme se plaignait sans arrêt (mais connue pour ça) d'une migraine. je lui ai proposé une
boite de supos sans succès mais ça à fait rire tout le monde !

Pyj 16/07/2012 11:04

Magnifique. L'étymologie latine, les couleurs et le taureau.
Sous-entendent-ils que faire du rodéo peut entraîner des "crises hémorroïdaires, inflammations, douleurs, prurits"? C'est un sport dangereux ça. :D