Solène, 33 ans

Publié le 31 Janvier 2011

Ils sont venus à 2. Pour son renouvellement dit-elle.

Son dossier sur l'ordinateur n'est pas très fourni. Antidiabétique. Antidépresseur. Somnifère. Elle est très obèse. Elle a l'air épuisé. Lui a l'air impuissant. C'est bizarre cette consultation.

Elle a vu l'endocrinologue qui a prescrit des vitamines. Je commence à me douter de ce qu'elle a. Je lui demande comment elle va. Je la laisse parler. Elle raconte qu'elle vomit. J'essaie d'en savoir plus, en fait, elle se fait vomir. Elle a été opérée de l'estomac, pour maigrir. Elle voulait un enfant et on lui a dit qu'elle était trop grosse. En plus elle a 33 ans, elle parle de son horloge biologique. Ca fait maintenant 9 mois qu'elle a été opérée. Elle se fait vomir tous les jours, plusieurs fois. Elle ne s'autorise que les fruits, et les laitages, parfois. Son ami intervient pour dire qu'elle fait des malaises. Ce n'est pas surprenant.

Elle a perdu 30 kilos. Mais il explique qu'on lui avait demandé d'en perdre 50 avant l'intervention et qu'elle n'a pas réussi alors maintenant elle se punit.

Elle semble souffrir beaucoup.

Je lui demande ce qu'elle pense d'elle même. Elle se sent énorme, elle a l'impression d'avoir grossi alors qu'elle a perdu 30 kilos. Elle n'est pas objective. Elle le sait. Elle voit bien que ses habits deviennent grands.Elle le voit mais elle se trouve de plus en plus grosse.

Son ami semble vraiment peiné.

Je l'écoute. Je me demande ce que lui apporte le psy qu'elle voit régulièrement. Justement, elle trouve que dernièrement il ne la soutient pas beaucoup. Il lui a dit qu'elle ne se stimulait pas assez. Je vois ses cernes, sa fatigue, sa faim, son poids et je me demande comment elle pourrait faire plus. Suite à leur consultation, elle s'est forcée à sortir. Au bout d'une heure, elle est épuisée. Evidemment puisqu'elle vomit tout. Avoir du gras ne permet pas de déplacer des montagnes.

Elle se confie. Elle a pensé à acheter des coupe-faim. Je lève les yeux au ciel. Je me demande ce qu'elle a fait dans une vie antérieure pour mériter ça. Elle semble en confiance.

Je lui demande ce qu'il lui faudrait pour enfin s'aimer. Un enfant. Son rêve depuis ses 17 ans.

Et puis tout est sorti, le viol subi, les essais de bébé avec le précédent, l'échec, les reproches sur son poids, les essais d'enfant actuels. Tout, tout est sorti.

Tant de souffrances.

 

Après ça, même la soupe minute m'a semblée délicieuse.

 

 

 

Edit  du 02/02/2011 : J'ai reçu aujourd'hui le courrier de l'endocrino. Je suis très choquée : "bons résultats, c'était une super idée, maintenant on devrait proposer un by-pass, le diabète est mieux et blabla."
Ya que moi qui ai l'impression que ça va pas du tout cette histoire? Sans déconner?

 

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Patients

Repost 0
Commenter cet article

Zouk 03/02/2011 19:12


L'endocrino voit midi à sa porte, pour lui y'a une bonne nouvelle et il ne l'a sûrement pas vue craquer comme vous...
La médecine est malheureusement très compartimentée parfois, le manque de coordination m'a souvent choquée mais j'ai la chance d'être tombée sur des médecins qui me faisaient une lettre
d'accompagnement pour leur confrère en cas de nécessité. Solène en aurait besoin aussi (de vous à tous les autres pour alerter sur sa détresse pas seulement physique !)
Bonne soirée, merci toujours pour vos billets !


Fluorette 04/02/2011 08:05



J'hésite à lui écrire un mot. Si je ne suis pas débordée, j'essairai



Opale 02/02/2011 13:42


De rien...je sais trop à quel point il est précieux d'avoir une écoute et des professionnels bien au fait des conséquences et ravages causés par les abus.

Il y a aussi , si elle le désire, une clinique très bien à Meyzieu près de Lyon, c la clinique Lyon Lumière, bcp de thérapies diverses, de très bons pros, prise en charge des TCA , de vrais pros
sur les traumatismes.
Seul hic le coût de la chambre particulière dans les 110 euros...
(je n'y suis pas allée mais j'ai eu les témoignages de plusieurs victimes d'inceste sur ce lieu )


Opale 02/02/2011 08:22


peut-être via le collectif féministe contre le viol, ils donnent des adresses. Ils ont un site internet
Ici à l'hôpital c un dispositif lutte conte la violence , ma psy bosse en lien avec les urgences mais je n'en sais pas bcp plus, je ne suis pas du tout dans le médical, je connais le système juste
en tant que victime. C dans l'Oise.

C difficile de changer de psy, je la comprends.

J'ai le nom d'une très bonne psy sur lille.
Et sinon du côté de la Loire Atlantique je pourrais me renseigner auprès de sos inceste...

Je ne sais pas de quelle région vous êtes ( normal pour votre anonymat) mais si je peux vous aider d'une quelconque manière contactez moi, je tenterai avec mes modestes moyens .


Fluorette 02/02/2011 13:29



Je regarderai ça. Je lui ai promis un gynéco "sympa" aussi. C'est pas toujours évident.


merci pour toutes ces informations



Opale 01/02/2011 23:47


pour le suivi , pas moyen qu'elle voit une victimologue ?
Bon j'avoue j'ai qqs a priori sur les psychiatres, je trouve les psychologues + à l'écoute, et c le cas de bcp d'amies victimes comme moi d'abus sexuels.
A l'hôpital par ex y aurait pas un service pour ça, je songe à ça car ici ma psy est à l'accueil des victimes de violence, et c vraiment énorme d'être aidée par qqun qui maîtrise le sujet des
traumatismes.


Fluorette 02/02/2011 07:44



Pour le moment, elle ne veut pas changer de psy. Nous en avons parlé. Je ne connais pas de service de ce genre ici. Je vais me renseigner.



johan 01/02/2011 19:53


pas sur qu'il soit souhaitable qu'elle ait un enfant avant d'avoir réglé une partie de ses problèmes.


Fluorette 02/02/2011 07:40



Son corps ne le peut pas pour le moment. Vous avez raison, un enfant ce n'est pas une "solution miracle"