Revue de presse médecine et potins

Publié le 13 Février 2011

Au cabinet, vendredi, nous recevons :

 

- le Quotidien du medecin : 4.7 pages de publicités sur 20 pour des médicaments soit 23.5% de pub (dont 2 pages pleines pour le même traitement) Si on prend en compte l'encard de 4 pages pleines pour un sartan, on passe à 8.7 sur 24 soit 36%. On ne me fera pas croire qu'on parvient à lire sans être influencé par toute cette publicité qui comme par hasard, se trouve à côté d'article sur la molécule en question ou la prévention cardiovasculaire.

 

Je l'ai ouvert pour lire l'article sur la permanence des soins en médecine générale basée sur l'enquête "très documentée" du conseil de l'ordre des medecins (normalement il est de bon ton de mettre des majuscules à conseil et ordre mais ayant des relations conflictuelles avec ceux par chez moi et doutant de l'utilitéde cette institution, par principe je ne les mettrai pas)

Je bondis quand je lis "les conseils départementaux ont réussi le plus souvent à faire prévaloir des solutions adaptées aux situations locales". Je me souviens être allée à des réunions en haute normandie où on s'apercevait bien que la situation était loin d'être idyllique et où on voulait nous vendre l'idée de créer un tableau de garde avec uniquement des remplaçants dans une zone désertée, système absolument instable en disant que "c'était mieux que rien". Solution totalement inadaptée.

Je bondis d'autant plus que c'est une des raisons qui me font craindre une installation. Je fais actuellement des gardes pendant mes remplacements (et l'étude Remplact a montré que, contrairement à une idée fort répandue, les remplaçants n'étaient pas des feignants).  En Seine Maritime les gardes s'arrêtaient à minuit. Chez nous, ce sont des gardes complètes. La dernière fois qu'on m'a dit "on n'est pas trop dérangé" j'ai été réveillée de 3h à 7h. Vous, je ne sais pas, mais moi ça ne me réussit pas. Je ne suis pas compétente le lendemain d'une nuit comme ça. Pourtant je suis jeune mais j'ai déjà des troubles du sommeil, ça n'arrange pas. Je ne suis pas pour l'arrêt complet des gardes de nuit et l'arrêt à minuit me semble compatible avec un maintien de l'ouverture des cabinets dans la journée.

J'y lis que les médecins ruraux sont les plus défavorisés puisque la PDS n'est pas indemnisée partout de la même façon. C'est un scandale.

"En 2010 l'ordre se félicite d'une nouvelle diminution du nombre des départements dans lesquels des réquisition préfectorales ont été effectuées". Pas une seule fois l'affaire Tarpin n'est citée (se référer au blog de Christian Lehmann en date du 25.01.2011) J'aimais le blog du Dr Tarpin qui disait tout haut ce que plein de "petits généralistes" pensent tout bas même si je n'étais pas d'accord avec tout. L'ordre est tenu par des spécialistes souvent, qui pensent que les généralistes doivent assurer la PDS. L'ordre a aussi de vieux généralistes qui pensent que vu qu'ils en ont chié, pas de raison que les jeunes se la coulent douce. Alors que ce sont les robinets de la médecine générale qui ont longtemps été fermés, que les généralistes sont en voie de disparition et que le but des instances supérieures est de les faire disparaitre puisque ce sont eux qui coutent chers (ce sont eux qui prescrivent ce que les spécialistes n'ont pas voulu prescrire : arrêt de travail, bons de transport, renouvellement de traitements inutiles comme les anti-alzheimer) et qui refusent de s'installer, ces ingrats!

 

D'ailleurs sur la même page, on nous raconte l'histoire d'un village du Tarn et Garonne (zone reconnue difficile au niveau PDS dans l'article pré-cité) qui a enfin été sauvé par un médecin belge. Le médecin d'avant et les collectivités ont trouvé 850.000 euros pour créer un "pôle de santé" puisque les jeunes ne veulent pas s'installer seul et en milieu rural.

Le problème est en effet là : s'installer en milieu rural quand il n'y a ni poste, ni école, ni boulangerie ni surtout travail pour le conjoint c'est difficile. Mais surtout travailler seul est un enfer. Il faut assurer tous les jours du matin au soir. Quand je bosse de grosses journées du lundi au mercredi, j'ai besoin (pas envie mais besoin) d'une pause le jeudi, j'ai épongé assez de problèmes et vu assez de gens, j'ai dépassé mon quota social (pourtant j'ai une petite moyenne comparé à d'autres). Travailler seul c'est ne pas avoir de secrétaire ou avoir un secrétariat téléphonique, j'en ai testé plusieurs, peu sont compétents. Travailler seul, c'est ne parler à personne d'autre qu'à des gens qui se plaignent et c'est fatigant. C'est aussi ne pouvoir compter sur personne et le jour où on a un problème (maladie, enfant...) les patients nous le reprochent.

Ils ont trouvé un médecin belge qui est content "j'étais attendue, les gens avaient tellement peur de ne plus avoir de médecin, ça aide". Certes, c'est le début. Mais rapidement, ils vont recommencer à être exigeants "mais prenez moi, MOI j'ai vraiment besoin". La notion d'urgence est relative aux yeux de certains, elle est souvent justifiée par leurs propres impératifs du genre "j'ai poney après" ou "demain je serai fatigué" (véridique).

 

Tant que le premier budget de la santé continuera d'être géré par un ministère qui s'occupe aussi d'autre chose et que les ministres s'en occupant resteront des guignols, on ne remontera pas la pente!

 

- Et aussi Paris Match. Ca fait du bien après le quotidien.

Sharon Stone nous parle de l'art d'être mère célibataire. Ses deux gamins ont des airs de terreurs. L'actrice a soit-disant été photographiée au naturel. Ben ça m'étonnerait quand même qu'à plus de 50 ans, elle ait cette tête là!

Tony Parker fait des pubs pour Tissot. Il faut bien qu'il paie son divorce.

Beaucoup beaucoup de publicités dans Paris Match, c'est cher les interviews de stars.

DSK et Anne Sinclair à New York. Ensemble. Cette femme qui a pourtant laché sa carrière pour lui et lui qui choppe des jeunettes ça me file le bourdon.

Des photos sur l'egypte avec des cailloux et des chameaux avec commentaires intelligents "dans les affrontements ils en reviennent aux armes des pharaons". Une photo de Moubarak entre les pyramides où il avait réservé sa chambre.

Les jumelles suisses. Horrible histoire.

Un article poignant sur "MAM en pleine solitude" qui s'explique "quand je pense que nous devions aller en dordogne chez patrick... J'ai eu peur des intempéries" Ah bah oui, je comprends alors. C'était pas facile!

Un article sur le "bébé médicament". "Ils rêvent d'un autre enfant qui pourrait guérir leur ainé". Etre désiré uniquement pour sauver un autre? Quel poids!

Un espoir de guérison pour les acouphènes par le Pr Frachet : youpi, on va pouvoir se passer du vastarel! Mais pondérons, pour l'instant ça ne marche que chez les souris.

Et enfin les idées cadeaux St Valentin me rappellent que je n'ai pas eu le temps de m'occuper de ça...

 

 

 

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Divers

Repost 0
Commenter cet article

Babeth 14/02/2011 13:33


Je préconise un abonnement à Astrapi : plus léger et instructif! :-)


Fluorette 14/02/2011 13:35



Astrapi! Quel bon souvenir. Les gateaux sucre-beurre-banane pas caloriques du tout... Les bricolages et bandes dessinées. Haaa