Quick

Publié le 8 Février 2011

Ce midi, tu n'as pas de visites à faire. Comme ce matin, tu as commencé plus tôt, que c'est sans rendez-vous et que le beau temps donne plutôt envie aux gens de prendre l'air que de consulter, tu es libre jusqu'à 16h.

Tu pars acheter des baskets à La Ville. Tu es bien allée hier à Decathlon à côté du cabinet mais tu n'as trouvé personne pour t'aider à choisir. Malgré les heures passées à faire rougir tes yeux à lire des conseils sur les baskets sur le net, tu penses avoir besoin d'aide. Quand même, vu le prix, ça te ferait mal de te planter. Et surtout tu les voudrais pour l'entrainement de ce soir. Depuis que tu as regardé tes baskets de près, tu comprends mieux pourquoi le genou tire.

Ton passage dans deux autres enseignes arrive au même résultat qu'hier.

Tu vas finir par despérer. Tu regardes les piles de baskets soldées au milieu de l'allée. Tu as faim en plus. Ils ne savent pas ce que tu peux devenir quand tu as faim.

Tu les regardes ranger les rayons, ben oui les soldes c'est presque fini, ils sont en train d'installer des baskets Nouvelle Collection, c'est pile ce qu'il te faudrait mais ils n'y connaissent rien. Tu sors, tu erres dans la galerie, ton pote qui vend les téléphones portables n'est pas là, c'est ballot, tu aurais bien changé le tien, bientôt tu ne verras plus rien sur l'écran. 

Tu te dis qu'il faut vraiment que tu manges.

 

C'est là qu'apparait le Quick... Tu sais que c'est mal et tu sais que dans deux heures tu auras faim. Mais il est là.

Alors tu rentres et tu fais la queue. Comme tout le monde. C'est l'heure de pointe. Tu aimes regarder les gens vivre. Ceux qui changent de file parce que la leur ne va pas assez vite. Ca tu ne le fais plus, de toute façon si tu changes, c'est la file que tu auras choisi qui n'avancera plus. Rarement, tu choisis la bonne voie. Ceux que Barbie Serveuse BigMakeUp essaie de comprendre : "mais si, le burger normal.. celui avec du pain, de la viande, du fromage... le Giant!". Ceux qui surveillent du coin de l'oeil leur gamin en train de faire des conneries à l'autre bout de la salle...

 

Ca finit par être ton tour. Tu es toujours très gentille avec les serveurs, pas comme la dame à côté qui crie qu'elle voudrait sa glace, que c'est scandaleux et patati et patata. Tu penses qu'elle a tort, crier ne fait pas avancer les gens plus vite, au contraire* et tant que la glace est dans la machine, au moins elle ne fond pas. Tu aurais détesté faire ce job et sentir le graillon. Pourtant tu as été aide-soignante de nuit, niveau odeur c'était pas mal aussi.

Tu commandes, pour une fois tu n'attends pas le burger des plombes alors que les potatoes refroidissent (chez quick ce ne sont pas des potatoes mais ça serait plus simple si ça s'appelait partout pareil, tu penses que 30 ans c'est jeune pour un alzheimer, l'autre jour chez peugeot tu as demandé un berlingo, le monsieur a gardé son calme)

Tu t'installes presque dans un coin, tu peux voir tout ce qu'il se passe.

 

A la table à droite, un beau jeune black avec un regard qui tue. Il a des petites tresses à l'africaine, un blouson en cuir. Ils se tient négligeamment vautré, il est dans le coin, c'est LA place d'où on voit tout. Parfois il écrit des sms. Sinon il a un regard circulaire. Qui tue. Tu te demandes si vous avez les mêmes réflexions.

De l'autre côté, deux femmes discutent, elles vont bientot retourner bosser.

 

Tu manges des potatoes une par une en observant la salle et dehors. Tu regrettes que ta serveuse ait choisi d'office la sauce tomate-basilic parce que tu te demandes bien où est le basilic. Dans ce cas là, autant manger du ketchup!

 

Dehors, tu trouves que les gens qui circulent sont tous habillés en noir ou gris. C'est triste. Un type tout en blanc passe, ce sont des vetements de travail pleins de plâtre, c'est pour ça.

 

A plusieurs tables, des femmes avec enfants et stocks de poussettes. Elles parlent entre elles, elles donnent une frite à un petit. Elles sortent le jouet Charlotte aux fraises de la Box, il a l'air nul ce jouet. Elles ne rigolent pas beaucoup.

L'une est seule avec son gamin, qui d'après elle ne mande pas assez vite. Il faudrait qu'il avale plus vite sa compote. C'est vrai quoi, on ne va pas à quick pour déguster! Tu te dis que c'est peut-être comme ça que les gens arrêtent de se regarder et de se parler, parce qu'il faut aller vite!

 

Tu attaques le Burger. Il est énorme. Evidemment la sauce coule. Tu regrettes d'avoir fini les potatoes, tu aurais pu récupérer la sauce dans le carton avec. Alors qu'avec les doigts, ça fait un peu cochon, ou goinfre, au choix. Tu le fais quand même. Tu ne connais plus grand monde ici. Et puis en fait, tu t'en fiches.

 

Des femmes passent dehors en boubou. Bleu, jaune, rouge. Ca change du gris ambiant. Et dans le soleil, ça rappelle l'afrique. Des images reviennent. Les Masaïs, le lion, l'eau turquoise... Tu divagues. La réalité te rappelle, ça serait bien que tu te remettes à bosser sur l'album photo.

 

Tu regardes une famille manger. Les gamins sont sages. La maman est assez agressive. D'ailleurs tu crois qu'elle va se lever pour frapper celle qui en s'installant derrière elle a cogné sa chaise. Certes, elle aurait pu s'excuser mais tu n'es pas sure qu'elle s'en soit rendue compte. Elle a l'air fatiguée. La place entre les tables et les chaises est serrée. Finalement son mari la détend et l'incident passe. Tu penses que c'est dommage d'aller manger en famille à quick. Ils sont les seuls de la salle à prendre leur temps. Quitte à manger ensemble, plutot dans un endroit sympa, et moins bruyant. Financièrement, vu le prix d'un menu ou du jouet, ça ne coute pas beaucoup plus cher. Mais peut-être que dans un petit resto, venir avec gamins est plus difficile.** Peut-être aussi qu'ils aiment ça.

 

Maintenant tu as de l'huile plein les doigts. Ils se foutent un peu du monde chez quick à filer de la bouffe pareille et des microserviettes pour essuyer tout ça.

 

Les deux jeunes à côté se roulent des pelles monumentales. Il a glissé sa main sous son gilet, il la tripote. Elle glousse. Elle est jolie. Lui te rappelle les jeunes de ce groupe qui chantait une chanson avec un laçage de bas qui ne voulait rien dire. Impossible de te rappeler leur nom. 30 ans, c'est vraiment trop tôt pour un alzheimer?

 

Tu finis ton coca (zero parce que ça fait déjà beaucoup de gras tout ça) Tu sors. Tu laisses le beau gars au regard qui tue, il n'a pas bougé.

 

Dans l'escalator, un type qui tient une sacoche te bouscule en dévalant. Tu as juste le temps de te demander ce qui peut le faire courir si vite que tu en entends un autre, tu t'écartes. C'est un vigile. Le premier essaie de passer par une sortie de secours qui est bloquée. Tu les vois partir en courant. Tu es bien naïve. Personne ne court si vite sans raison, effectivement.

 

Tu n'as plus faim.

Après avoir repris ta voiture et fait un dernier magasin, tu finis par trouver des baskets. Le vendeur est au point, ça correspond à ce que tu as lu, et il te conseille même autre chose parce que tu dois aller chez le podologue. Il ne fait aucune réflexion sur ton éventuelle incapacité à faire un semi-marathon. Pour une fois, ce n'est pas la paire la plus chère qui te va bien. Tu pourras le dire à Mr Poilu, ça contredira l'épisode des chaussures de snow. Ce n'était quand même pas ta faute si seules les plus chères t'allaient et ne te broyaient pas les pieds!

 

Tu as bien mérité une religieuse au café. Tu repasses à la maison, tu la dégustes en buvant un thé. Rhaa, il est temps de retourner bosser.

 

 

 

 

* Toi quand les patients crient, tu peux développer une force d'inertie ou un esprit de contrariété très marqué

** Tu espères sincèrement que si vous avez un enfant, la vie ne se réduira pas à quick

 

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Ma petite vie

Repost 0
Commenter cet article

Bertille 04/09/2012 18:50

Le groupe qui chante sur une fille qui délace ses bas (ce qui en effet ne veux rien dire) c'est BB Brunes, à mon avis.. Des jeunes pas coiffés avec des chemises à carreaux et des slims.. ^_^

Aurélie 10/02/2011 08:50


belle tranche de vie :)
Moi aussi je voulais des chaussures de snow et j'en ai jamais trouvé un choix suffisant(pourtant, j'ai cherché en haute savoie)... Y a t-il un sanctuaire secret de la chaussure de snowboard que je
ne connais pas?


Fluorette 10/02/2011 09:39



Il faudrait le trouver! Déjà il faut aller dans une boutique spécialisée ou le gars prend le temps. Il y a plein de sortes de chaussures et de marques. Une bonne chaussure de snow, on doit etre
bien dedans



Valérie de haute Savoie 09/02/2011 08:27


Il est huit heures vingt cinq, c'est malin, maintenant j'ai faim.


Fluorette 09/02/2011 11:33



Et oui!


C'est vrai qu'une religieuse au café, là maintenant...



Babeth 08/02/2011 21:00


Alors, pied pronateur, supinateur ou universel?
C'est marrant, je fais pareil, regarder les gens... c'est fascinant! Très beau billet, comme d'habitude :-)


Fluorette 09/02/2011 08:09



Plutôt pronateur, mais j'ai pris universel parce que de toute façon je dois avoir des semelles.


Merci