Paul, 19 ans

Publié le 15 Février 2011

Il entre dans le cabinet, accompagné de sa mère, pimpante. Lui est grand et pataud. Je lui serre la main, elle est molle et moite. Il gromelle un truc que je ne comprends pas mais que je suppose être une réponse à mon bonjour.

- Alors Paul, qu'est-ce qui t'amène?

Sa mère répond à sa place, elle pense qu'elle lui a transmis sa bronchite, je le regarde lui. Il reprend la parole.

- Ca va pas.

- Que se passe-t-il?

- Je tousse.

- Et?

- Ce matin j'avais envie de vomir.

- Et?

Et rien, c'est tout. Pas d'autre symptômes à l'interrogatoire.

Je lui demande de se déshabiller. C'est très long. Il n'a pas de fièvre. L'examen est normal. Je me demande pourquoi ils sont là, ce qui a pu les inquiéter au point de venir attendre plus de 2h dans ma salle d'attente et surtout de rester quand ils ont vu tous ceux présents avant eux. 

Je leur explique que l'examen ne retrouve rien de particulier. Je lui prescris un antitussif (je l'ai entendu tousser dans la salle d'attente), du paracetamol au cas où. Sa mère veut savoir ce qu'il a. Je lui explique que je ne sais pas, que c'est probablement un virus et qu'il y aura peut-être de la fièvre, ou pas. 

Ils sont repartis. Elle avait l'air satisfaite. Lui avait toujours le même air. Un peu bovin. A 19 ans c'est pas fini l'adolescence?

Je ne sais pas vraiment pourquoi ils sont venus...

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Patients

Repost 0
Commenter cet article

Valérie de haute Savoie 15/02/2011 21:18


Ah ben mon G. a 19 ans et j'imagine mal l'accompagner chez le médecin.
Je me souviens la dernière fois que je l'ai accompagné au Kremlin Bicètre, il avait 16 ans, lui voulait absolument que je reste, le médecin aurait bien voulu rester seule avec lui. J'ai coupé la
poire en deux, le début assis au bureau avec lui puis pour la consult elle même je me suis éloignée.
C'est difficile je crois pour un enfant de parler lorsque sa mère est avec lui, mon fils préférait que je prenne la parole, j'ai dû vraiment lui faire comprendre que c'était mieux si lui disait les
choses. Nous en étions presque à faire des répétitions pour qu'il se sente à l'aise dans le cabinet, mais maintenant il est vraiment détendu, n'a plus besoin de sa moman


Fluorette 16/02/2011 10:24



C'est inhibant d'avoir ses parents, surtout quand ce sont eux qui parlent et qui ne comprennent pas que leur enfant ait besoin d'être seul. Mais ce n'est pas toujours évident de les mettre
dehors.



Marie 15/02/2011 19:29


On donne encore des antitussifs chez les grands ?? Je croyais que c'était pour tout le monde le même régime qu'en pédiatrie : pas d'antitussifs, ça favorise les surinfections, plutôt recherche étio
(disons que dans ma tête, la seule cause de toux sèche vraiment handicapante chez l'adulte qui pourrait nécessiter un ttt antitussif, c'est la coqueluche, avec du coup un ttt étio si on est au
début des symptomes et surtout un rappel vaccinal à ne pas oublier chez les 20-30ans).


Fluorette 16/02/2011 10:23



Les toux très seches c'est pénible. Ya pas que la coqueluche qui donne une toux persistante Pas avant 6 ans mais après j'en mets. Je n'ai pas trouvé de reco à propos de l'adulte (sans
comorbidité)



johan 15/02/2011 17:05


il tousse, sa mère veut l'emmener voir un médecin ( quand on est malade on se soigne) ça le fait chier mais il obéit a sa mère....ou pas.


Fluorette 15/02/2011 18:27



C'est un peu l'idée Mais consult inutile


Au lieu de faire des campagnes "les antibiotiques c'est pas automatique" la sécu devrait passer à "le rhume c'est normal, ya rien à faire, c'est 7 jours épicétou"



Baptou le B 15/02/2011 16:00


Tu l'as examiné en présence de sa mère ? Peut-être qu'il a accepter de venir à la consult (payée par môman) car il avait une demande, au hasard, liée au sexe : homosexualité, exposition à IST,
dépistage VIH pour laisser le préservatif, etc.
Enfin, ce ne sont que des suppositions !


Fluorette 15/02/2011 16:08



Non, dans l'autre pièce. J'ai eu l'impression que ce n'était pas lui qui voulait venir mais elle. Et je n'ai senti aucun désir de discuter de sa part. Pourtant j'ai tendu des perches