Norbert, 60 ans

Publié le 22 Février 2011

Norbert vient en consultation lundi matin. Il n'a pas de chance, il attend longtemps, il y a énormément de monde aujourd'hui (essentiellement pour des renouvellements, les boites finissent-elles toutes les dimanches? c'est un des mystères de la consultation libre)

- Je viens parce que je crois que j'ai une phlébite.

- Vous en avez déjà fait?

- Non jamais.

- Qu'est ce qui vous fait penser que vous en faites une?

- Ben, sur ma jambe c'est rouge et ça fait mal.

- Depuis quand?

- Samedi, enfin un peu vendredi. Mais ça va.

- Ok, je vais regarder. Déshabillez vous.

En effet, à l'examen, un cordon superficiel sinueux induré du genou jusqu'en haut de la cuisse. La peau est rouge en regard. Le mollet et la cuisse sont souples. Le réseau veineux de ses deux jambes est catastrophique mais il ne fait plus opérer parce qu'il en a marre. L'auscultation et la tension sont normales. Il n'y a pas de tachycardie. Il n'est pas essoufflé. Je fais une injection d'anticoagulant.

Je prend rdv pour Norbert qui me chuchote pendant que je parle à la secrétaire que ce serait mieux un rdv demain parce que les après midis il va voir sa femme. La secrétaire a un créneau pour le soir. Je confirme. Norbert ira voir sa femme un peu moins longtemps aujourd'hui. Elle est hospitalisée pour cancer depuis 3 mois, il pense qu'elle ne rentrera pas à la maison. Il y va tous les jours. En rédigeant le courrier, je me dis que pour une phlébite superficielle, ça aurait peut-être pu attendre un peu. Mais l'étendue de la phlébite m'interpelle.

Mardi matin, je revois Norbert. Compte-rendu du phlébologue : Thrombose veineuse profonde étendue nécessitant anticoagulation de 3 mois.

En fait, le réseau veineux de Norbert est sacrément thrombosé! Il a préféré revenir me voir pour les ordonnances pour la suite et pour me tenir au courant. Je lui en sais gré. Si le phlébologue a expliqué quelquechose, Norbert n'a rien compris. J'explique le problème, les traitements, la surveillance de l'INR. Norbert n'a pas de question. Il veut juste aller voir sa femme cet après-midi.

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Patients

Repost 0
Commenter cet article

Titov 27/02/2011 13:31


J'ai bien du passer une bonne demi heure a expliquer a un patient qu'on allait lui oter son colon et son rectum pour un cancer bas situe, qu'on allait etre obligé de lui mettre une poche, je lui ai
meme fait un dessin, il fesait des signes de tete me faisant croire qu'il suivait mon explication. A la fin de la cnsultation, la main sur la poignée de porte, il s'est retourné et m' demandé s'ils
allaient aussi s'occuper de ses hemorroides.....


Fluorette 28/02/2011 13:14



Mouahahaha



quintnico 23/02/2011 16:11


Bonjour et bravo pour votre blog.
Je suis tombé dessus par hasard et je l'ai bookmarké et je reviens régulièrement. Ces brèves de vie me font penser à Winckler/Sachs mais en plus ... je sais pas en mieux peut-etre. Quoique j'avais
bien aimé le livre ;) et j'aime aussi le blog ;)

Sur les 99.9% de personnes qui sortent d'un RDV sans comprendre, ça me paraît un poil excessif. Certes, les médecins ne font pas tous preuve d'une pédagogie exacerbée. Mais certains quand même oui.
Même presque trop. Ayant quelques connaissances médicales/pharmas de super base (autodidacte, juste par intérêt), j'ai parfois l'impression que les médecins me parlent comme à un neuneu. J'avoue
aussi avoir fait partie (encore peut-être) des 0.00x% qui manipule leur médecin. En clair, qui s'en servent comme vecteur d'automédication. Il suffit de faire une description appropriée des
symptomes et on obtient la liste appropriée des medocs. Je sais, c'est mal ... je sors !


Fluorette 24/02/2011 10:27



Merci pour le compliment. Je ne suis pas au niveau de Martin Winckler, je ne le prétends pas. Ca me fait beaucoup de bien d'écrire et si ça peut apporter de la réflexion à certains, tant mieux.


"pédagogie exacerbée", haha, j'ai bien ri. Ca me rappelle une médecin que je remplaçais. Les patients entraient, restaient debout, posaient un chèque et une liste, qu'elle recopiait et hop,
bisous. Quand j'examinais et expliquais, ils étaient tout surpris!



Babeth 22/02/2011 22:03


Je trouve ça normal que Norbert n'ait pas de question. C'est peut-être pas sa priorité du moment, tout simplement.


Fluorette 23/02/2011 08:18



Sa priorité du moment c'est sa femme. 



Arvel 22/02/2011 21:43


Peut-être que les médecins n'ont pas tous le temps de faire de jolis schémas ? Et que les mots qui leur semblent simple le sont moins pour une personne non initiée à la médecine.

Je me souviens que mon cardiologue avait pris le temps de m'expliquer une maladie. Mais c'était un cardiologue spécialisé dans les maladies infantiles, alors peut-être qu'il éprouvait plus le
besoin de bien expliquer aux enfants ?


Fluorette 23/02/2011 08:19



Le temps ça se prend. Bien sur que c'est plus facile d'aller vite. C'est plus rentable mais pour les patients, c'est dommage. D'autant que mieux les gens comprennent mieux ils adhérent au
traitement



Arvel 22/02/2011 16:17


Selon mon professeur de psychologie, 99,9% des patients qui sortent de consultation ne comprennent pas et ne savent pas répéter ce qui leur a été dit pendant la consultation. Ils savent juste si
"c'est grave" ou "c'est pas grave".


Fluorette 22/02/2011 21:18



A mon avis, 99,9 c'est excessif. Mais si tu veux que les gens comprennent bien, faut prendre beaucoup de temps, de dessins, et se mettre au niveau sans utiliser des mots trop compliqués. Ce que
plein de médecins ne font pas. Et certains patients ne comprennent rien, de toute façon, quoique tu fasses.


C'est encore pire si c'est l'annonce d'une maladie grave ou si l'esprit du patient est occupé par autre chose (dans le cas de mon patient, la maladie de sa femme)