Kelly, 17 ans

Publié le 25 Août 2011

Il est 18h20. La salle d'attente est pleine. Je suis crevée et je me demande comment je vais m'en sortir. J'écoute une femme d'origine chinoise que je ne comprend pas bien m'expliquer un AVP*. Elle a un fort accent et elle parle très bas, le simple bruit de l'ordinateur couvre ses mots. Je lui ai déjà demandé six fois de hausser la voix mais ça ne fonctionne pas. Je la laisse parler sans comprendre, il me semble que ça n'a rien à voir avec ce pourquoi elle est venue aujourd'hui. Je plisse les yeux mais je n'entend pas mieux pour autant. Il est question d'un tête à queue à Cora et de vélo à SuperU. Elle a déjà ses prescriptions dans la main et je crois qu'elle veut juste que je hoche la tête quand elle fait "aïe c'est dur maintenant de faire du vélo" en se tenant la tête parce qu'elle est un peu angoissée de reprendre la voiture. 

Le téléphone sonne.

- Il faut que vous veniez voir ma fille

- Quand?

- Maintenant ou ce soir

Intérieurement je sens l'urgence vitale pas vitale.

- Non. Ca va être difficile. C'est pour quoi?

- Elle a mal à la jambe.

- Quel âge elle a?

- 17 ans

- Venez au cabinet.

- Pff

Elle raccroche. 

Ma patiente sourit beaucoup, elle est très contente de m'avoir raconté ses mésaventures en voiture. Elle s'en va. Je continue les consultations. Je me dis que finalement j'en verrai le bout. C'est assez étrange, les gens ne fuient pas quand ils voient que leur médecin n'est pas là mais certains ne sont là que pour passer le temps, discuter et tenir compagnie à d'autres qui eux viennent consulter. C'est trompeur parfois. Et le lendemain, ils sont TOUS là pour consulter et souvent je meurs.

A 19h05, miracle, les consultations sont terminées, je mets le répondeur, finalement il n'y avait pas grand monde. Alors que je fais sortir la dernière, le téléphone sonne. C'est la même que tout à l'heure. J'en étais sure, c'est pour ça que j'ai répondu.

- Ma fille va venir

- Les consultations sont terminées, vous auriez dû venir plus tôt.

- Mais elle a mal et on habite de l'autre côté de la rue.

- D'accord.

Parfois je suis stupide curieuse.

- Elle arrive dans 10 minutes

Elle raccroche.

10 minutes c'est une trèèèès grande rue. J'en profite pour rattraper mon retard sur twitter, consulter mes mails, vérifier PeriCollect. Je n'irai pas courir aujourd'hui. C'est long quand même. Elle s'est perdue? Ca fait plutôt 15 minutes.

Kelly arrive enfin, accompagnée par quelqu'un que je suppose être une copine. Kelly me tend sa carte vitale, pose une pile de radio sur la table et dit "je saigne". Bon, il n'y a pas encore de flaque de sang par terre, on a un peu de temps avant qu'elle ne meure.

L'interrogatoire n'est pas facile. Kelly est une ado de 17 ans qui ne répond pas aux questions, n'arrête pas de faire des "mais-euh" et "ne se rappelle plus bien". J'arrive à savoir qu'elle s'est cognée la jambe il y a 8 jours contre quelqu'un "sans le faire exprès", qu'il y a eu un hématome, qu'un médecin de SOS s'est déplacé pour voir la blessure, qu'il a dit que ce n'était qu'un hématome (beau diagnostic), mais que 2 jours après, elle avait mal alors ils sont allés aux urgences et que la radio c'est de là qu'elle vient, que rien n'est cassé mais que là elle saigne. Bon. Je jette un oeil à la radio, en effet rien n'est cassé. Voyons où ça saigne.

Je lui demande de grimper sur la table. Kelly est obèse ** et la peau de ses jambes n'est pas très jolie, elle va probablement avoir des tas de problèmes dans un avenir plus ou moins proche. Effectivement il y a un hématome, qui jaunit déjà sur les bords. Qui ne saigne pas... Enfin si je regarde de très près avec une loupe il y a une dermabrasion et ça a dû saigner, un peu, peut-être, et encore. Je la regarde et je lui dis "sans rire, c'est pour ça que vous êtes venues?" "ben oui, j'ai mal-euh". Je crois qu'elle a vu que j'étais un peu énervée. Sa copine baisse le nez vers ses textos.

Je lui prescris de la biseptine, vu l'état des jambes, on ne va pas risquer une septicémie. Je lui explique, je lui dis que ça aurait pu attendre, qu'il aurait suffi de désinfecter et de prendre du doliprane. Je leur souhaite une bonne soirée.

Si j'avais bien fait mon boulot, j'aurais pu discuter de son poids avec elle, j'aurais pu lui conseiller de surélever ses jambes, j'aurais pu lui expliquer qu'en massant sa jambe elle aiderait au drainage et qu'elle aurait probablement moins mal. J'aurais pu. 

Mais il y a des moments où le ras-le-bol se fait sentir. Des moments où j'ai l'impression qu'on se fout de ma pomme et de celles de mes confrères. Des moments où je me demande où nous allons avec des gens qui consultent pour tout et n'importe quoi, surtout pour n'importe quoi et "tout de suite", des gens qu'aucun médecin n'éduque ni ne remet jamais à leur place, des médecins qui cautionnent ça aussi parce que c'est moins long de jeter un oeil rapide et d'encaisser 23 euros que d'expliquer que ce n'était pas urgent, que la prochaine fois ça pourrait attendre, qui ne brusquent pas les patients "ah mais d'habitude le docteur il nous dit que c'est bien d'avoir consulté pour un rhume des fois que ça s'aggraverait"...

Bon sur ce coup-là, j'ai encaissé les 23 euros de la CMU j'ai mis un pied aux fesse de Kelly et je n'ai pas fait beaucoup d'éducation. 



 

* AVP : Accident de Voie Publique

** Attention Private Joke : Je l'aurais bien adressée à mon ami nkfb qui adore les chirurgies bariatriques mais c'est dommage nous sommes si loin

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Patients

Repost 0
Commenter cet article

TheRealAnubis 30/08/2011 10:59


Je ne vous ai pas affublé d'"idéaliste gauchiste" ou que sais-je encore donc un peu de retenue svp. (même si c'est un blog...)


Fluorette 30/08/2011 11:25



Pardon,je retire. Mais je vois avec humour que vous m'avez percée à jour 



TheRealAnubis 30/08/2011 10:51


@Fluorette: En tant qu'"extrèmiste idéologique"(sic), je peux juste vous dire: Lancer des anathèmes sur ceux qui ne pensent pas comme vous ne vous rend pas plus convaincant.


Fluorette 30/08/2011 11:28



Je ne cherche pas à convaincre. Chacun pense ce qu'il veut. C'est mieux d'avoir toutes les cartes en main et c'est pour ça que, comme vous, je dis que nous manquons de stats



docles2A 29/08/2011 15:19


personnellement je majore toutes les visites à domicile de 3 euros car je trouve que déplacé un toubib pour 10 euros c'est pas assez cher. Je fais payer les 3 euros par les CMU qui ne rechignent
que rarement ou bien ils changent de toubib.
pour ce qui est du tiers accompagnant , tt à fait d'accord pour ne pas le virer mais je signifie sa présence et à ce moment là j'essaie de m'en servir comme d'un allier. Ou bien au contraire si le
tiers intervient sans arret , j'en profite pour le stopper et lui demander de respecter l'autre. Tout ça pour dire quele tiers me parait tj utile s'il est là.


OlivierNK 28/08/2011 18:33


Heu y'a pas moyen de faire payer un tarif d'urgences quand l'heure normale d'ouverture est dépassée, et d'indiquer non-remboursable?
Si on part du principe qu'un CMU n'est pas plus c*n qu'un autre patient, qu'il n'a rien à perdre, je dirais méfiance: son comportement est parfait pour te faire quitter l'attitude empreinte de
dignité dont tu ne dois pas te départir, la présence de la copine qui textote ( ptêtre même qu'elle enregistre ou photographie avec son portable...) est idéale pour avoir un témoin et prouver que
tu n'as pas fait respecter le secret médical. Avec une aide juridictionnelle qui coûte que dalle, on peut aisément envisage une plainte à l'Ordre (qui ne lui fera jamais payer les dépens même si -
peu probable- il lui donnait tort en première instance, appel, conseil d'Etat, cour européenne des Droits de l'Homme - ben oui, pourquoi se gêner, le jeu est gratuit et il peut rapporter gros)
suivi d'une plainte au civil où elle fera valoir que ton attitude lui occasionne de tels cauchemars qu'elle ne peut plus étudier, grossit, doit prendre des médocs...bref ça serait bien que le
pretium doloris soit meumeu, et ptêtre une interdiction d'exercice la compenserait car " plus jamais ça"... à moins d'une contrepartie financière non couverte par les assurances RCP.
Bon, l'avantage, c'est que si t'es ruinée tu auras la CMU et le modus operandi pour après.
^^


Fluorette 29/08/2011 13:23



Je pense que c'est possible de facturer des dépassements. Sauf que c'est à la charge du patient et que ce n'est pas remboursé. Or les patients CMU ne paient pas, ni consultation ni dépassement.
Je n'arrive pas à facturer des dépassements, c'est psychologique, je justifie toujours en me disant qu'ils ont consulté parce qu'ils étaient inquiets. Mais mon raisonnement est à revoir.


Je n'avais jamais pensé à l'histoire d'une consultation filmée. Mais ça pourrait arriver. Nota : ce n'est pas à moi de "faire respecter le secret". Si les gens viennent à plusieurs, c'est leur
problème à eux. Moi je ne vais pas virer l'accompagnateur. 



docles2A 27/08/2011 11:15


normal d'ena voir ras le bol de temps en temps et de le dire aux patients. Par contre ds ces cas là j'aime bien le dire, régler trés rapidement le pb immédiat et convoquer le patient pour le
lendemain ou le surlendemain en accord avec lui.Pour cela je lui explique qu'en temps que medecin j'ai encore bcp de choses à voir avec lui ou elle pour qu'on puisse s'occuper de sa santé
correctement. En général ,ils reviennent comme prévu et là c'est du billard. Pour plus d'info , un site créé par des MG pour des MG au sujet des ado: http://www.medecin-ado.org/infos/sommaire.htm


Fluorette 29/08/2011 13:24



Merci pour l'idée, et pour le lien