H 24

Publié le 3 Janvier 2011

Il y a eu le réveil précoce, un peu douloureux, avant que le réveil ne sonne. Puis le sourire en voyant la coccinelle posée sur le mur en face de la chambre, comme un bon présage. Le petit-déjeuner pris en entendant les chats se battre, rouler contre les murs, faire tomber une boule du sapin. 

Il y a eu l'arrivée au cabinet, les difficultés à ouvrir la porte, comme d'habitude. La bonne surprise des pots de miel offerts par mon prédécesseur pour "rendre les choses plus douces" accompagnés de son mot pour "ne pas oublier que le plus important c'est de vivre". Les quelques minutes à regarder le bureau en me disant que putain c'est le mien en se sentant bizarre. Puis le bouquet offert par la secrétaire, elle ne sait pas combien elle est merveilleuse.

Il y a eu le rangement par le vide des livres offerts par les labos et des médicaments périmés, l'installation de mes livres et de mes décos.

Il y a eu le premier thé de ma vie d'installée. Un thé vert très légèrement parfumé à la vanille.

Et puis il y a eu des patients, assez nombreux pour un jour de vacances. Un vaccin, des plaies par couteaux ou pétards du 31, une stomatite curieuse, des rhumes, des toux trainantes, quelques renouvellements, une installation de TPE à l'heure prévue, un arrêt de traitement pour effet indésirable... Des yeux étonnés d'apprendre le départ de Dr Dieu, des patients avec leur feuille de déclaration de médecin traitant à signer, des mains serrées accompagnées de "bonne année" joviaux, des critiques des instances devant mon mot à propos de ma carte CPS, l'inexplicable absence des pièces de 2 euros après l'inexplicable absence des billets de 5 euros la semaine dernière...

Il y a eu la barquette du midi réchauffée au micro-ondes, un peu dégueu mais mangée avec faim en écoutant mon co-installé raconter les misères de sa hanche après que je lui ai demandé pourquoi il avait grossi.

Il y a eu des visites et encore des consultations. Du rangement. Des mails et des twitts de soutien. Une visite chez mes collègues dentistes pour demander un avis.

Il y a eu l'explosion d'un néon. Sans blessé. Quelques feuilles mangées par la photocopieuse. Des paperasseries oubliées

Il y a eu le retour à la maison, passé au téléphone avec Alibabette. Sa voix rieuse qui toujours me réchauffe le coeur. Le sourire de Mr Poilu, fier d'avoir préparé un dîner absolument pas équilibré. La bonne année de mes parents, injoignables le 1er car toujours en vadrouille.

Et enfin l'endormissement épuisée devant la télé. Sans regret.


Rédigé par Fluorette

Publié dans #Ma médecine

Repost 0
Commenter cet article

Moulin'Aix 26/01/2012 00:44

Alsacienne expatriée dans le sud, étudiante en droit de la santé, je parcours votre blog depuis quelques jours avec un appétit vorace. Parce que moi, le médecin, j'apprends comment le défendre (ou
l'attaquer quand il est très vilain), mais la pratique, la réalité, le tous-les-jours, je ne connais pas. Heureusement que vous et vos camarades blogueurs êtes là!
Je vis de lire un article que vous aviez posté il y a un an à propos de votre intégration en Alsace. Pauvre petite, si vous me pardonnez cette familiarité, je vous plaint sincèrement!
Oui, les Alsaciens sont méfiants. Longtemps otages de deux nations, ils ont un peu créé la leur dans leur esprit. Après tout, en France il y a deux régions: l'Alsace et l'Outre-Vosges! Oui, dans
les villages, ils sont racistes: le seul noir qu'ils connaissent est le facteur et il est très gentil, mais "y sont quand même pas comme nous, guel!". Mais soyons sérieux, ils sont aussi xénophobes
avec les suisses, les allemands, les lorrains et pourquoi pas les plombiers-chauffagistes. L'Alsacien aime la routine et le quotidien, tout le monde doit faire pareil sinon ça les perturbe.
Oui, les vieux parlent alsacien pour vous exclure. Ils vous testent et vous font comprendre que vous êtes chez eux, que vous devrez vous adapter. C'est sûr que ça manque de tact. Par contre,
s'agissant de la famille de monsieur Poilu, ils pourraient, je crois, faire un effort et vous faire meilleur accueil. Vous êtes loin de chez vous, nom de nom! Quand ça m'arrivait (je parle allemand
mais ne connais que les gros mots en dialecte) je faisais remarquer à mon interlocuteur que je n'avais pas eu la chance, contrairement à lui, d'avoir une "mamama" pour m'apprendre, mais que ce
serait dommage de passer l'un à côté de l'autre et que mon éducation, je serais ravie de la compléter à son contact.
Mais rassurez-vous, il y a un an vous avez déjà compris l'essentiel: footing sur les berges, Bredele, Europa-Park et Strasbourg. On le dit souvent, on met dix ans pour se faire un ami en Alsace,
mais on le garde à vie. Et c'est bien vrai.

Alors chère Fluorette, cette année, ça va mieux? En tout cas je l'espère de tout cœur!

Zouk 04/01/2012 20:38

Ah c'est super ! Quelle évolution depuis le début de ce blog, ça fait chaud au coeur votre installation, bonne continuation !

Fluorette 05/01/2012 20:11



Year! Merci!



Docfanny 03/01/2012 16:19

Bravo et bon courage pour ce grand pas dans ta vie professionnelle!
Sympa le mot de ton prédécesseur!

Fluorette 04/01/2012 08:16



J'ai trouvé aussi. C'était une jolie attention.



Babeth 03/01/2012 13:59

C'est tout con mais j'suis vachement émue de lire ça. Emue et contente pour toi.
Bonne année et bonne continuation.

Fluorette 04/01/2012 08:15



Merci! Bonne année à toi



Zigmund 03/01/2012 13:43

(bravo à kyra pour son comm)
bon ça s'est bien passé finalement et tu as envie d'y retourner. Il y a juste une chose scandaleuse dans ton post : le thé à la vanille beurk ! promets moi de ne pas m'en proposer si je te rends
visite un jour
bonne route

Fluorette 04/01/2012 08:15



Normalement je n'aime pas le thé vanille. Mais celui-là est très particulier. Et puis j'en ai d'autres en stock. N'hésite pas à venir les gouter.