Cathy, 31 ans

Publié le 12 Février 2011

Certains patients me sont antipathiques. C'est son cas. D'emblée. Je ne me l'explique pas.

 

Elle est agressive, dès le début. Pas envers moi, envers le monde en général, responsable d'après elle de tous ses soucis. Elle est dépressive. Elle dit qu'elle vient pour "plein de problèmes". Je commence pour essayer d'y voir plus clair. Elle voudrait le renouvellement de son antidépresseur, elle ne se sent pas de l'arrêter maintenant. Son père et son frère ont "des problèmes", le boulot ça ne va pas... Elle passe d'un sujet à l'autre, ne répond pas à mes questions. Elle a un herpès. Je persévère. Elle se plaint de trembler. Je lui demande si elle boit, elle a arrêté, depuis 10 jours. Mais elle ne buvait pas beaucoup. J'essaie de quantifier. Des gorgées par ci par là, tous les jours, tout au long de la journée, ça finit par faire beaucoup en fait. Nous parlons associations, soutien. En fait, son père et son frère boivent. Elle ne veut pas "devenir comme ça". Le boulot ça ne va pas non plus, elle a fait des efforts mais ce n'est pas récompensé. Ils lui avaient reproché son manque de sourire, elle sourirait plus maintenant. Quand je la vois, j'en doute. Point positif : avec son mari et ses enfants ça va.

Nous avons refait le point sur tout ça. Ca a été long. A aucun moment, je n'ai ressenti d'empathie. Je n'ai pas réussi. Je pense que nous avons ensemble bien travaillé, en creusant chaque point. Dans les limites de ce que peut apporter une simple consultation pour cette masse de problèmes. Mais j'ai lutté avec moi-même.

 

D'autres patients me sont d'emblée sympathiques. La consultation me semble alors plus facile. Mais fais-je un meilleur travail? N'ai-je pas dans ce cas tendance à aller moins loin dans les problèmes? A ne pas creuser assez?

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Patients

Repost 0
Commenter cet article

Kaorulabelle 09/04/2011 10:18


De ce que je lis de toi jusque là, j'aurais même tendance à penser que puisque la patiente t'es antipathique et que tu le sais, tu as au contraire tendance à chercher encore mieux chez elle pour ne
rien avoir à te reprocher. Ca peut marcher comme ça aussi...


Fluorette 11/04/2011 08:06



C'est possible, justement. Mais il est possible d'aller trop loin, de faire des examens complémentaires (avec les risques qu'ils entrainent) au delà de ce qu'il aurait fallu, pour justement
n'avoir rien à se reprocher.



Zouk 12/02/2011 23:31


C'est super que vous fassiez très bien votre boulot avec les antipathiques ! Bravo. Et ne vous laissez pas berner par les agréables !!! Ah ah, si ça se trouve ils sont parfois alcooliques mais le
cachent bien !
Je rigole.....


Fluorette 14/02/2011 08:31



C'est pas si faux. Certains cachent très bien leurs problèmes sous une apparente jovialité



Babeth 12/02/2011 21:52


Il y a des gens, comme ça, pour lesquels je n'ai aucune empathie. Ils ne sont pas forcément désagréables, c'est juste que je sens pas le truc, j'y arrive pas. Je sais pas si je bosse moins bien
chez eux, en fait ça m'est indifférent. Du coup, est-ce que je bosse mieux chez les gens sympathiques? Bonne question!