Bérénice, 33 ans

Publié le 18 Mars 2013

Elle vient consulter pour a une bricole. Pas grand chose. Un nez qui coule. Elle sourit beaucoup et semble sur un nuage. Quand elle ôte son T-shirt, je vois la rondeur débutante de son bas-ventre.

Je lui demande "alors vous l'avez gardé?". Oui oui, elle l'a gardé.

Malgré le choc du début, quand elle était arrivée dans mon bureau, son retard de règles et son angoisse sous le bras. Elle n'avait pas de contraception, après ses échecs d'essais bébé avec le précédent. Elle se remettait doucement de cette histoire tristement terminée. Elle profitait de la vie, pas vraiment seule mais pas vraiment accompagnée non plus. Son boulot n'était pas idéal. Ses finances non plus. Il y avait encore les travaux et la poussière à la maison. Elle énumérait lentement tous ces arguments contre une grossesse. J'avais conseillé de temporiser et prescrit une échographie.

Elle était revenue déballer tout ça, m'apportant la photo d'un petit haricot dans une pochette. Elle voulait que je lui donne une réponse qu'elle seule pouvait trouver. Je lui avais exposé les possibilités, elle m'avait posé des tas de questions. Il y avait eu beaucoup de silences. Et puis je m'étais permis de lui dire qu'elle n'avait jamais semblé aussi heureuse. Elle était repartie, toujours un peu paumée, indécise, mais rayonnante. 

Aujourd'hui elle est seule, Il est parti. Elle a choisi, elle aura un enfant toute seule. Elle semble bien entourée.

Une petite graine pousse tranquillement. Et sa maman a un sourire lumineux.

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Patients

Repost 0
Commenter cet article

Kalindéa 07/04/2013 12:21

A la lumière du billet suivant, il m'est difficile de lire celui-ci sans avoir envie de te serrer fort dans mes bras...
Pas simple, de rester neutre dans ce genre de circonstances...
Bisous!

sophie 26/03/2013 13:12

:-)

sophie 26/03/2013 09:01

Attendait. Mais ce n'est que partie remise ;-)

Fluorette 26/03/2013 11:47



Oh, dommage. Bon courage :) Et au prochain coup, c'est bon (enfin "coup", hum hum)



faribole 25/03/2013 22:50

ce qui m'a fait le plus mal quand j'ai dû Ivger, c'est cette écho. j'aurais voulu qu'on ne me la montre pas, je suis sûre que ç'aurait été possible...
très dur ensuite de dire "non". pleuré longtemps.
j'ai élevé seule mon 1er, père parti aussi. C'est très, très, très dur. j'espère qu'elle sait où elle va.
pour moi ça va maintenant : papa présent, et que des enfants choisis.

Fluorette 25/03/2013 22:59



On peut tout à fait ne pas montrer l'écho. Perso, je tournais l'écran et je baissais le son pour que les femmes n'entendent pas les bruits du coeur quand je bossais en centre IVG. C'est moche de
faire subir ça à une femme! Désolée que vous ayez vécu ça.



Annette 25/03/2013 11:51

Je suis un peu interloquée quand même : est-ce qu'il faut préscrire systématiquement une échographie à une femme qui se demande si elle va poursuivre la grossesse ? N'est-ce pas encore plus
perturbant de voir un haricot clignoter quand on doute terriblement ? Mais peut-être est-ce une obligation médicale, pour dater la fécondation ?
Et sinon, je me dis que votre dernière phrase semble bien prophétique, n'est-il pas ???!!!

Fluorette 25/03/2013 23:00



Parfois la datation par date des règles est foireuse, l'échographie fait foi, mais on n'est pas obligée de montrer les images si la patiente ne le souhaite pas. Elle était dès le début très
ambivalente car elle a longtemps désiré un enfant avant cette grossesse...