Anselme, 73 ans

Publié le 2 Janvier 2013

Jai rencontré Anselme ça fait longtemps déjà. Anselme c'est un peu le genre qui s'écoute pas trop, beaucoup ce genre là même, voire qui s'écoute pas du tout. Il a plein d'autres trucs à faire que s'écouter, comme couper du bois et le ranger, ou bêcher le jardin. Des activités pas fatigantes du tout pour un gars de son âge.

La première fois que je l'ai vu, je faisais des petites journées. A l'époque, je voyais pas grand monde, ils n'étaient pas habitués à changer de médecin, avant moi il n'y avait pas de remplaçant. Pis j'étais pas du village alors je pouvais pas vraiment les comprendre. Pis j'étais trop jeune alors comment je pouvais être médecin. Pis j'avais un nom pas d'ici alors ça c'était grave aussi. Enfin c'est ce qu'ils disaient, les gens du village.

Anselme s'en foutait. Il est venu consulter. Il m'a dit bonjour en souriant. Il a répondu "oui ça va" quand j'ai demandé comment ça allait. Et après "j'ai un peu chaud pis je tousse" quand j'ai voulu savoir pourquoi il était là. Ce coup-là, Anselme faisait une bonne pneumopathie, avec fièvre à 40 depuis 6 jours, douleur basithoracique, crépitants. Une jolie pneumopathie comme dans les livres. Une pneumopathie qui n'avait pas trop mal évolué malgré toutes ses activités. Costaud le Anselme.

Et puis je suis allée remplacer ailleurs. J'ai fini par revenir.

Un jour, je lui ai trouvé de la tension. Au début on s'est dit que c'était le changement de médecin. Un peu con parce qu'on se connaissait déjà. Finalement j'ai traité, mais les traitements ne marchaient pas. Je voulais faire un doppler rénal. Alors j'ai farfouillé dans son dossier. C'est là que je suis tombée sur cette échographie datant de plus de deux ans auparavant. Compte-rendu sur lequel il était écrit "anomalie à recontrôler dans six mois". Oui, six mois. Soit vingt-quatre mois avant. Alors j'ai dit "mais ça n'a pas été recontrôlé ça?". Et Anselme a répondu "ben non, qu'est ce qu'il fallait contrôler?".

Bref, j'ai prescrit un contrôle.

Et j'ai reçu le résultat par la poste, dans une grande enveloppe kraft, avec des petites images d'écho. Des petites images où on ne voit pas toujours très bien parce que l'échographie c'est bien mieux quand on est là au moment où elle est faite. Mais là on voit vraiment très bien. Parce que la petite anomalie a bien grandi. C'est devenu un joli patatome*.

Tellement joli le patatome et tellement gros que j'ai appelé un spécialiste puis plusieurs même. Et ils sont tous d'accord. Un patatome comme ça, il faut qu'on l'enlève. Et c'est grave, oui. 

Et là devant mon bureau, affalée dans mon fauteuil et mon téléphone à la main, malgré la petite voix de ma mère dans ma tête me disant que c'est pas très joli dans la bouche d'une jeune fille, j'ai quand même dit tout haut "putain, bordel de merde, fait chier".

J'ai vu Anselme, j'ai expliqué tout ça. Le patatome, la chirurgie, la suite. Et j'avais mal au ventre en parlant. Pourtant c'est pas mon patatome à moi. Et Anselme a gardé son sourire triste, le même que d'habitude. Et il m'a serré la main en me disant merci. Merci...

Bien sûr ça me fait jamais plaisir les mauvaises surprises comme ça, bien sûr que ça m'aurait touché pour n'importe qui d'autre, bien sûr. Bien sûr que je culpabilise que personne ne l'ait demandé avant ce contrôle et que ça aurait été futé d'utiliser les alertes du logiciel. Bien sûr que je suis une grosse chochotte qui s'attache trop aux gens. Bien sûr.

M'enfin pas Anselme quoi, bordel. 



 

* patatome : de patat- pour la forme arrondie et -ome pour le cancer.

 

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Patients

Repost 0
Commenter cet article

Docteur Gécé 15/01/2013 09:17

Ah mais donc je comprends mieux pourquoi tu me disais de ne pas trop être une éponge... ;-)
En fait, toi aussi tu te fais avoir par tes patients attachants !
C'est terrible, d'ailleurs, quand on y pense, de se dire, au sujet de certains "Oh non, pas lui..." (ah bon ? parce qu'un con ça serait moins grave ? Evidemment que non... mais quand-même, pas
Anselme, quoi...)

Fluorette 20/01/2013 18:30



Oui, faites ce que je dis, pas ce que je vais, l'"épongisme"...



Princesse Strudel 08/01/2013 21:48

Blog decouvert via 10lunes, archives devorees, blog partagé sur Facebook en esperant faire ainsi decouvrir a beaucoup d'autres le plaisir de vous lire.
Legere "deception" en arrivant au bout des archives "zut, j'ai deja tout lu?".
Impatience de lire vos prochains billets...
Merci de partager vos experiences, vos ressentis, vos reflexions.

Fluorette 20/01/2013 18:22



J'écris lentement, très lentement ces derniers temps, les billets ne se publient pas si vite 


Merci beaucoup



Babeth 06/01/2013 15:13

Putain de bordel de merde fait chier! :-( Désolée, pas mieux.
Des bisous

G Martin 06/01/2013 08:53

Pfff! C'est dur.
Le commentaire no 5 de Piopio, c'est dur aussi.
Un texte blogué par DZX, "Je suis belle", que je viens de lire, c'est encore pire.

Mais, après tout, c'est un homme solide,votre patient, peut-être qu'il va guérir.

G M

Piopio 03/01/2013 16:45

Et oui, ça tape sans prévenir... Cela m'arrive parfois en prescrivant des examens à la recherche d'un "pourvu que ce ne soit pas ça". Malheureusement, avoir vu juste ne console pas de la peine du
patient.

Juste parce que cela n'a rien à voir, mais que je viens de l'entendre et que ça me fout en rogne, je viens d'appeler un service pour avoir des nouvelles d'un patient (qui m'a lui-même fait part de
son hospitalisation) et, après avoir eu de ses nouvelles et surtout donné les informations dont je dispose pour lui éviter des examens inutiles, j'ai dit à l'infirmière qu'il pouvait être
intéressant d'appeler le médecin traitant parfois, ce à quoi elle m'a répondu "mais on n'a pas que ça à faire" ???!!!!!. Alors ils ont quoi de si important à faire ? Quoi de plus important que de
recueillir les informations précises sur l'état des patients qu'ils soignent, ou sont du moins sensés soigner, quoi de plus important que de veiller à la suite de la prise en charge ?
Fin du hors-sujet.

Fluorette 05/01/2013 18:35



J'étais encore à l'hopital il n'y a pas si longtemps. C'est vrai, je n'aurais pas eu le temps d'appeler les MT, et surtout ça ne me serait pas venu à l'idée... 


Manque de communication. Enorme.