Alice, 33 ans

Publié le 9 Août 2011

Alice appelle à 17 heures pour prendre un rendez-vous pour demain. Je lui explique que je ne serai pas là et qu'il faudra rappeler demain matin, je n'ai pas le planning de mes collègues. Alice me dit que comme elle n'est pas allée travailler aujourd'hui, il faudra quand même un rendez-vous demain. Je suis presque en train de raccrocher quand je lui demande pourquoi : elle est enceinte et elle est fatiguée, ça doit être sa tension dit-elle. Je lui conseille de venir, de toute façon je serai encore là, cette journée est longue.

Alice a 33 ans. Elle sourit quand je demande la date de ses dernières règles. Elle me raconte que c'est une insémination, que la date précise est le **/**/**, ça fait 5 SA*. C'est le 4ème ou 5ème essai, enfin ce sont les derniers embryons. Ah oui, c'est le 4ème. Elle est sous hormones. Elle est fatiguée. Elle travaille loin et beaucoup. Sa peau est pâle, comme d'habitude. Elle a eu quelques pertes hier marron, mais c'est fini. Elle dit que parfois son ventre est dur.

L'examen ne retrouve rien de particulier. La TA est à 100/60. Elle n'est pas tachycarde. Son abdomen est souple sans douleur.

Objectivement Alice va bien. Elle me dit qu'elle a un peu peur de le perdre ce bébé. Forcément. Elle a besoin d'en parler.

Je lui fais un arrêt de travail et lui conseille de se reposer. Je n'ai rien de plus à lui proposer. 

Je la regarde partir. J'ai peur pour elle et pour son bébé. Parce que comme elle me l'a très bien dit c'est un peu sa dernière chance. Parce que j'aimerais être sure qu'elle ne le perdra pas. Parce que derrière son sourire qui essaie de montrer que ça va, j'ai senti la lassitude et l'inquiétude de quelqu'un qui essaie depuis trop longtemps. Parce que j'aimerais faire plus parfois.

Je reste quelques instants à regarder la porte. Quand la femme de ménage arrive, je sors de ma rêverie, je range mes affaires et je pars à mon tour.


 

* SA : semaines d'aménorrhée, c'est le temps depuis le premier jour des dernières règles, pas la date de la conception mais des règles

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Patients

Repost 0
Commenter cet article

TheRealAnubis 09/08/2011 22:06


et...?
Le poids du nombre c'est vachement pertinent


Fluorette 10/08/2011 10:32



Maintenant je ferme les commentaires, chacun a exprimé ses idées. Nous n'arriverons pas à nous convaincre les uns les autres. Le débat est stérile. Je ne voulais pas lancer ce débat



Opale 09/08/2011 21:53


Je ne saurais dire mieux que dzb17 que je rejoins à 200% sur sa vision des choses..et sur son humanité.


TheRealAnubis 09/08/2011 19:44


"apprendre à [mes patients] souffrir mieux leurs peines et de s'estimer heureux ainsi"
le stoicisme, c'est la médecine de l'esprit. Je ne vois pas en quoi le suggérer aux patients serait mal (sans l'imposer, mais on n'impose pas non plus un traitement).


"Pour le reste, à titre personnel, je vois dans votre réaction une présentation misanthropique qui me déplait car, me semble-t-il, est contre nature et en plus revêt les traits d'un
extrémisme."
C'est vrai, je suis misanthrope, extrême, envers toutes les aberrations, idées obtuses. Mais ouvert à toutes réflexions, idées pesées :).c'est pour ça que le: "c'est l'instinct, on contrôle pas"
typique de la non-réflexion, me donne des envies de misanthropie


dzb17 09/08/2011 18:36


Je ne doute pas une seule seconde qu'il faille que chacun prenne et assume ses responsabilités qu'elles soient propres ou sociales. Je dis en revanche que le rôle du médecin, que je suis, tout
comme fluorette, n'est pas, au moment où il exerce son métier de porter quelque jugement que ce soit. Sinon, on aboutirait à des situations où, moi qui suis stoïcien dirais à mes patients
d'apprendre à souffrir mieux leurs peines et de s'estimer heureux ainsi ou, plus loin, de les inviter à considérer que le moment est venu pour eux de mettre fin à leurs jours parce que la fin est
inéluctable et qu'il est intempérant de poursuivre les soins. Non un médecin en fonction ne dispose pas du pouvoir de juger l'humanité qu'il traite.
Pour le reste, à titre personnel, je vois dans votre réaction une présentation misanthropique qui me déplait car, me semble-t-il, est contre nature et en plus revêt les traits d'un extrémisme.


TheRealAnubis 09/08/2011 18:26


@Anna : Le problème est que la date de conception, on ne le sait précisméent QUE avec l'échographie du premier trimestre. Donc, SA, c'est bien logique tant que cette écho n'a pas été faite. Après,
on peut toujours changer si les SA ont prévu un SG complètement aberrant.