A propos de la thèse de Louis-Adrien Delarue

Publié le 22 Novembre 2011

 

Je suis une anti-thésarde convaincue. Les thèses produites au quotidien par de jeunes médecins en attente d'une validation de leur cursus produisent des travaux peu utiles voire inintéressants parfois. Nous ne sommes pas formés à la recherche. Ces travaux, même lorqu'ils sont intéressants, ne méritent pas l'appellation pompeuse de "thèse". J'ai moi-même réalisé un travail qui, s'il m'a beaucoup apporté pour mon exercice et ma façon d'appréhender les femmes en consultation grâce aux rencontres et recherches que j'ai faites en le préparant, ne fera pas avancer la médecine dans son ensemble. Personne ne la lira jamais. C'est le devenir de milliers de thèses médicales finissant dans les tiroirs des bibliothèques universitaires.

Récemment, l'un de nous a fourni une thèse qui peut prétendre à cette appellation : un travail de recherche, un travail étayé, un travail constructif qui par le sujet qu'elle étudie nous concerne tous, soignants et patients. La quantité de données compulsées est énorme. L'écriture est fluide. La thèse est magnifique (lien orientant malheureusement vers une version censurée). J'ai la chance de l'avoir téléchargé avant la censure, avant qu'on lui impose de modifier son travail. 

Il parle d'audace dans son avant-propos, il en a en effet beaucoup. Dénoncer un système en place est toujours difficile. Surtout que nous sommes formatés pour que ça n'arrive pas. A l'hôpital, recevoir les labos est obligatoire puis c'est une habitude prise et une espèce d'ambivalence justifiant tout : ce n'est pas parce qu'ils me paient à manger que je dois prescrire leur médicament... Ne soyons pas naïfs, si ça ne fonctionnait pas, il n'y aurait plus de visiteurs médicaux.  

Comme Louis-Adrien Delarue, j'ai croisé des gens qui m'ont fait réfléchir et montré que réfléchir par soi-même était bon*. Bon pour nous, bon pour nos prescriptions, bon pour les patients. J'ai mis plus de temps que lui pour comprendre les rouages du système.

Aujourd'hui, j'ai lu les questions qui lui ont été posées lors de sa soutenance. Je n'aurais pas eu son courage pour soutenir un travail d'une telle force. 

Bravo à lui, bravo pour le travail réalisé. Et merci. Son diplôme, même s'il l'obtient sous condition de censure, a un parfum de première victoire. Il y a encore du chemin mais ça donne de l'espoir. 

 

Je m'aperçois après coup que tout le monde a déjà commenté ou écrit, je publie quand même ce billet, parce qu'il me semble que face à une telle situation, il ne faut pas censurer les messages de soutien sous le prétexte qu'ils seraient trop nombreux.

 

* Bien sûr, réfléchir, c'est bon. Mais pendant nos études on apprend l'inverse : retenir bêtement des tas de trucs inutiles et surtout, ne pas remettre en question les dogmes.

 

PS : Il y a eu le jour de la publication de ce post de très gros problèmes de serveur (car une climatisation a laché), les commentaires n'ont pas été publiés, j'en suis désolée

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Ma médecine

Repost 0
Commenter cet article

vincou 06/05/2012 17:01

De garde en ce doux we electoral, je remercie le 15 de m'avoir laissé 2h pour lire (en diagonale je l'avoue) cet impressionnant travail de thèse.
Rien ne me surprend, hormis le courage de notre jeune confrère.. Ca, c'est une thèse . le gribouillage des noms propores à la fin était previsible; on a encore du boulot ..

Grr 31/12/2011 14:56

Je viens de lire la thèse. OUF!
Ouf non pas à cause de la longeur.
Ouf à cause du contenu. Si un "simple" thésard peut mettre en évidence de tels disfonctionements, c'est que le dessous des pratiques recherche/ publication scientifique/ marketing doivent être
encore plus moches.
L'effacement des noms des experts frise le ridicule...Quelle transparence! Pourquoi ne pas avoit obscurci la liste de tous les enseignants de la fac en début de thèse? Les noms des membres du
jury?
Je transmettrai le lien de cette thèse.
Merci à toi et Delarue

dominique dupagne 29/11/2011 20:34

@maisonneuve Mieux vaut écrire une thèse accessible à tous en ligne qu'un article scientifique dans une revue réservée à ses abonnés.

Maisonneuve 28/11/2011 09:58

Quand je dis "La thèse est inutile", je ne dis pas "Les travaux de recherche sont inutiles". Je dis : "Publier des articles scientifiques plutôt que d'enterrer des données dans des cimétières en
faisant des thèses". Que votre travail soit utile aux autres....

docles2A 28/11/2011 08:33

bonjour ; bonnes vacances si déjà partie.
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec cette idée que la these ne sert à rien. Effectivement cette these de medecine ne servait pas à grand chose il ya plus de 5 à 10 ans. C'est en train de
changer grace à la filiere universitaire de medecine generale et grace au "travail reflexif" qui est maintenant demandé aux internes en medecine générale au cours des 3 ans de DES. Eh oui ,
maintenant il y a une vraie formation à la medecine generale avec même des chefs de clinique et des professeurs universitaires. Les generalistes enseignants sont maintenant dans le soin ,
l'enseignement et la recherche. On a bcp de retard mais on a le modele canadien qui nous permet de combler ce retard. Les choses changent ,lentement, jamais assez vite mais ça avance.