Gabriel, 70 ans

Publié le 29 Décembre 2011

Je m'approche de la salle d'attente et j'appelle Gabriel, je ne vois personne se lever. J'attends, je sais que parfois cette salle d'attente en L me joue des tours. En plus il y a cette grosse plante qui gêne ma vision. J'ai essayé d'appeler assez fort mais ma voix est cassée en ce moment. Du fond, on ne m'a peut-être pas entendue. Je vais tenter d'énoncer plus fort quand je le vois arriver. Il marche lentement. Il me sourit. Il fait partie de ceux que j'ai plaisir à voir. Je sais déjà que, même si le problème est grave, la consultation sera facile. Je lui serre la main puis je referme la porte derrière lui.

Il me demande comment je vais. Je souris en soufflant un "bien" presqu'inaudible. Le docteur est malade, ça le fait rire. Il va bien aussi mais il vient parce qu'il a repris le vélo. Enfin, il a changé, maintenant c'est du vélo d'appartement. Il voudrait savoir si je suis d'accord. Je suis censée me souvenir qu'il faisait du vélo avant les "problèmes de sa femme". Je ne me rappelle pas avoir jamais vu sa femme, je ne me rappelle pas qu'il faisait du vélo. Je pense que ça ne fait pas assez longtemps que je le vois. Je me souviens que j'ai majoré son antihypertenseur la dernière fois. J'ai de gros doutes sur son observance. Je l'ai même noté dans son dossier.

Quand je l'examine, sa tension n'a pas beaucoup baissé. Rien de surprenant en cette période d'excès. J'essaie de faire le point sur le régime. Il me pipeaute, je le sens bien. Pas de sel, pas de sucre, et la marmotte met le chocolat dans l'alu. Il a encore pris du poids. Il avoue qu'il a mangé quelques bredeles. Je réponds qu'il a dû en manger des kilos. C'est vrai mais ce n'est pas sa faute, ils sont posés sur la table! Je réponds "ah bah oui dans ce cas là forcément" au lieu d'un plus adapté "vous avez pensé à les mettre dans le placard?".

Je refais le point. J'explique. Il sait déjà. Il est d'accord avec tout ce que je lui conseille. Il me sourit. Je vois bien qu'il reste encore le Nouvel An et qu'il n'a pas fini de manger. Je renouvelle les traitements. On verra la prochaine fois pour majorer encore, peut-être. Nous discutons du vélo d'appartement, de sa position idéale en face de la télé, de la durée des efforts et de leur fréquence, de la nécessité surtout d'y aller doucement. Il est content, il avait déjà repris mais il a eu mon autorisation. Je lui rappelle que bientôt son médecin sera retraité et que ce sera moi la prochaine fois. Il s'en rappelait très bien, il a l'air content. Il rentre chez lui.

_____________________________


J'aime les "consultations-Gabriel"*. Elles me font du bien. Certes, il faut en poser des questions pour obtenir une réponse claire, il faut répéter et se battre contre des moulins à vent, je sais que le quart de ce que je conseille ne sera pas fait et je ne parle même pas de la prise régulière des traitements ou des prises de sang. Mais j'aime.

J'aime parce que je peux leur parler franchement, les secouer parfois, répondre sans trop réfléchir à mon vocabulaire. Non seulement ils ne m'en tiennent pas rigueur mais ils viennent parfois me voir pour : avoir mon autorisation de faire quelquechose qu'en fait ils font déjà, connaître mon avis sur le traitement instauré par un spécialiste qu'ils ont enfin daigné consulter à ma demande, avoir une explication parce que la-voisine-elle-a-dit-que-si-j'avais-ça-c'était-un-cancer, parler, pleurer, demander mon avis sur une situation familiale, un problème grave où pour une fois ils suivent mes conseils...

Ces consultations-là me font du bien. Parce que je n'ai pas d'effort à faire pour être sympa et que j'ai plus de neurones à consacrer à mon travail. Certains ne se rendent pas compte que si je déploie toute mon énergie à garder mon calme après une réflexion désagréable (ou parce que consulter 2 heures après s'être mouché pour la première fois c'est abusé), je ne peux plus me consacrer à leur problème. Mon cerveau ne doit pas être assez gros.

Plus que tout, j'aime parce que ça me donne l'impression qu'un jour je serai chez moi ici. C'est difficile à expliquer mais je ressentais ça dans presque toutes mes consultations avant, loin, dans ma vie précédente. Ici le contact n'est pas le même. Mon humour (nul très certainement) passe mal, le contact est souvent difficile, je fais attention à ce que dis. Les consultations-gabriel sont mes bouées, celles qui me tiennent à la surface.

Je ne peux pas le dire à mes gabriels, mais j'aime quand ils viennent. Probablement parce que je peux les soigner comme j'aimerais qu'on me soigne.

Et parce qu'un sourire ça n'a pas de prix.




* Comme d'autres ont leur consultations kevin j'ai mes consultations-gabriel

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Patients

Repost 0
Commenter cet article

Valérie de haute Savoie 31/12/2011 08:32

voui voui Kyria :D mais on ne dit jamais à un alsacien qu'il parle allemand, un alsacien parle alsacien un point c'est tout :D
Fluorette, nous mettions de la ciboulette et des échalotes à profusion avec une pointe d’ail dans le bibelekass, et nous mangions des "pommes de terre en robe de chambre", on adorait ça petit.

Kyra 30/12/2011 12:05

@Valerie: je sais bien que l'alsacien ce n'est pas de l'allemand! mais c'est une langue germanique,non?
pour moi depuis que je parle le portugais, je comprends l'espagnol et l'italien (pas tout et je suis incapable de parler, mais je peux lire) c'est dans ce sens que je pense que ça pourrait aider et
puis un écrivain portugais (je ne sais plus qui...) a écrit: on habite pas un pays, on habite une langue.

Valérie de haute Savoie 30/12/2011 07:07

A mais non, tu es bien Fluorette. En écrivant le commentaire, je me suis fait la réflexion que sur twitter tu étais Fluorette et ici Jaddo. Je te présente mes plus plates excuses pour cette
confusion idiote due sans doute à ce réveil avant l'aurore pour cause de reprise de boulot.

Valérie de haute Savoie 30/12/2011 07:03

Bah bah bah l'alsacien ce n'est pas de l'allemand voyons Kyria ;o)
Cette année j'ai regardé les bredele posés sur la table sans y toucher, parce que cette année j'avais mangé juste avant Noël une crevette avariée. En passant entre les vignes de Kaysersberg, pour
aller dans ma maison d'Alsace, j'ai eu tout à coup une pensée pour ce médecin qui dresse les ours et que je lis depuis longtemps, et je me suis demandée dans quel endroit d'Alsace tu exerçais. Je
te souhaite donc plusieurs Gabriel reposant pour pouvoir continuer longtemps d'exercer avec plaisir.

Fluorette 30/12/2011 09:13



C'est beau de ne pas manger de bredele. Très courageux!


Je suis passée à kaysersberg la semaine dernière, c'est toujours aussi joli, surtout le soir. En plus, ils ne font pas le même bibelaskaes qu'ici.


Mais en effet Jaddo c'est jaddo, et moi je suis moi. 



Kyra 29/12/2011 16:42

Ah l'humour c'est ce qui est le plus difficile à faire passer quand on change de culture.
Mais tu vas t'y faire et connaitre de mieux en mieux tes patients, quand tu les auras apprivoisés ça ira mieux.
Tous mes voeux pour 2012!

PS: on ne t'as plus entendu parler des cours d'allemand? peut-être que ça t'aiderait?

Fluorette 30/12/2011 09:11



Merci Bonne année aussi


L'allemand sisi c'est en projet. mais MrPoilu a décrété que c'était cher et qu'il pouvait me donner des cours. Comme je le connais, je lui aidonné un délai. S'il n'en reparle pas, je passe par un
prof. Mais ça ne changera pas mon relationnel.