Publié le 31 Août 2014

Je sais qu’avec le temps, tu oublieras certains événements, certaines parties de l’histoire. C’est comme ça, la mémoire sélectionne. Parfois même elle transforme les choses, positivement ou négativement. Mais je voudrais que tu n’oublies pas.

Je voudrais que tu te souviennes de sa main dans la tienne à chaque instant. Son étonnement quand d’autres gars lui racontent qu’eux n’ont jamais accompagné leurs femmes aux différents rendez-vous. Ses yeux qui s’ouvrent immensément d’incompréhension quand il te le raconte.

Je voudrais que tu n’oublies pas qu’il a toujours dit “nous ferons comme toi tu veux, nous irons où tu veux, quel qu’en soit le prix, nous ne le ferons pas si tu ne le veux pas”. Toujours.

N’oublie pas le poids de la culpabilité sur ses épaules, qui ne s’en ira jamais vraiment, quoi qu’il arrive.

Oh bien sur, une fois il a dit “ça va hein, je suis allée les chercher TES piqûres”, déclenchant une dispute, des cris, des excuses. Bien sur qu’il s’est levé de nombreuses fois juste trop tard, juste après l’injection quotidienne, jusqu’au jour où tu as compris qu’il détestait cette impression de te faire du mal, jusqu’au jour où il a compris que tu avais besoin de lui, tous les matins.

N’oublie pas son regard à ton retour du bloc, la peur que tu y as lue, et ses mots “ça a duré plus longtemps que la première fois, j’ai cru que ça ne se passait pas bien, j’ai cru…”.

Rappelle-toi que vous êtes d’accord pour ne plus recommencer. Parce que c’était éprouvant, physiquement, émotionnellement, psychologiquement. Parce que personne ne devrait vivre ça, c’est trop dur. Souviens-toi des espoirs sans cesse déçus : six puis deux puis zéro. Dix puis sept puis trois puis... N’oublie pas, même dans un an, même dans dix ce que tu as subi, ce que vous avez vécu, rien ne vaut tout ça, n’ayez aucun regret.

Souviens-toi des reproches des patients de ne pas en faire assez, alors que tu était au bout du bout, et que tu continuais quand même d’être présente, avec l’angoisse de mal faire car trop fatiguée. Peut-être qu’un jour tu mettras enfin ton poing dans la figure d’Associé, tu me diras si ça t’a fait du bien. Garde en tête ce désir de partir, ces projets de changement, son “on partira si tu le souhaites”, ce projet un peu fou qu’il a raconté un jour et auquel tu n’aurais jamais pensé, cette envie de dévisser qui monte.

Garde les mots gentils de tes parents, les chocolats offerts par une amie, les bougies allumées par d’autres, les mots doux de Germaine, les tweets de certains, les mails d’autres...

Souviens-toi des moments de rire quand il te racontait des blagues de Melon et Melèche pour que les injections soient moins douloureuses. De ses bras autour de toi quand tu soupirais “je n’en peux plus, c’est trop difficile”. De ses blagues, de niveau drôlatique variable, pour détendre l’atmosphère. Des repas préparés tous les soirs, des tupperwares prêts à emporter tous les matins, des chats nourris tous les jours, des tomates cueillies à ta place, de l’intendance encore plus parfaite que d’habitude.

N’oublie pas comme tu as été surprise de la vague de larmes déclenchée par la demande en mariage de Barney à Robin, le lendemain du dernier jour, alors qu’il avait toujours été un soutien sans faille et qu’enfin toi tu reprenais ta respiration, recommençais à dormir et retrouvais le sourire. Tu étais tellement épuisée que tu n’as pas vu, ou pas voulu voir, que ce n’était pas difficile que pour toi.

Quelle que soit la suite, je voudrais que tu n’oublies pas ce qui est important, ce qui est précieux, ceux qui sont précieux.

Et par dessus tout, n’oublie pas que tu l’aimes. Et combien tu l’aimes.

Voir les commentaires

Rédigé par Fluorette

Repost0

Publié le 8 Août 2014

Avant, je recevais mes patients, je les écoutais raconter leur problème, je prescrivais des médicaments, je leur offrais des pistes comme la relaxation, le sport puis je leur demandais ce qu'ils pouvaient changer dans leur vie pour aller mieux, j'avais écrit dans leurs dossiers qu'ils n'avaient pas de mutuelle, je les encourageais à chercher un autre travail, je renouvelais leur arrêt de travail pour leur permettre de ne pas retourner à celui qui les faisait pleurer le temps de reprendre pied et de trouver autre chose, je me demandais comment les envoyer chez le spécialiste à GrandeVille alors qu'ils n'ont pas de moyen de transport, je suturais les fronts des gnomes à coups de colle en leur racontant des histoires pour éviter à leur maman qui se déplace à vélo de devoir aller aux urgences, je faisais du tiers payant pour ceux qui me le demandent, je cherchais un vélo pour mon patient SDF qui apparemment n'aura pas de vélo puisqu'il semble être en prison, je relisais les ordonnances avec chaque patient en expliquant les modalités de prise, je faisais des tableaux récapitulatifs des traitements pour faciliter les prises voire je faisais passer l'infirmière pour préparer les traitements, je leur donnais les coordonnées de l'assistante sociale, je leur prenais rendez-vous pour une imagerie, je faisais déjà beaucoup.

Et puis j'ai reçu ce document de l'INPES dans mon courrier du jour. Et toute ma pratique a changé.

...

...

Non, je rigole.

D'habitude, ils envoient des dépliants, sur le tabac, sur l'alimentation, je les utilise, ou pas. Pour le tabac, je les trouve plutôt bien foutus.

Mais là...

Là, l'Inpes veut m'apprendre à prendre en compte les inégalités sociales en médecine générale. Et j'ai un peu l'impression qu'on se moque de moi.

Quand je lis que le médecin peut adopter une attitude proactive en adaptant ses pratiques pour améliorer l'efficacité de ses actions, je me dis qu'un gars a dû réfléchir longtemps et être bien payé pour trouver une telle phrase-pipeau.

Je pense à mes patients qui me racontent qu'ils sont dans le rouge à chaque fin de mois, et qui bouffent de la merde, alors qu'ils sont diabétiques et je me demande quelle attitude proactive je pourrais adopter pour identifier les obstacles à son suivi. Et la seule chose qui me vient, c'est qu'il leur faudrait de la thune pour acheter des légumes.

Et oui, je pense que je conseille de faire du sport à ceux qui ont un niveau socioéconomique haut parce qu'ils ont le cul vissé sur leur chaise tout la journée, alors que les maçons me disent que le soir ils sont de toute façon trop fatigués pour faire du sport. Je leur rappelle que le sport c'est pas comme le travail, ils me regardent comme s'ils avaient pitié de moi car je suis trop bête pour comprendre.

Comme conseillé par l'Inpes, je sais ce que font mes patients comme boulot, et c'est écrit dans leur dossier. C'est gentil de m'expliquer que savoir ce que font mes patients comme travail me permet de les situer socialement. Ah bon ? Mais non je ne sais pas s'ils sont à risque. Souvent quand ils déboulent dans mon bureau en pleurs, c'est autant une surprise pour eux que pour moi d'apprendre que leur boite va fermer.

Le tableau avec la traduction des questions est délectable : si je demande une adresse et que le patient me donne une adresse administrative, cela m'indique une situation précaire. NAN MAIS SANS DECONNER L'INPES?

J'aime aussi beaucoup l'item pouvoir orienter le patient vers des ressources proches de son domicile : terrains de sports, associations... Bien sûr oui. Mais à quel moment j'ai le temps de faire tout ça ?

Et puis conseiller d'utiliser des sites internet pour aider mes patients précaires, comment dire... Certains ont encore des Nokia qui supportent d'être plongés dans l'eau et qui tiennent 10 jours de batterie sans recharge car bon c'est dur à charger quand on vit dans sa voiture et qu'on s'est fait piquer sa tente. Bien sûr que c'est une situation extrême mais d'autres n'ont pas internet, ni d'ordinateur, et n'ont même pas de smartphones. Parce que oui des gens qui ne sont pas reliés à l'Internet* ça existe encore.

On peut continuer à tout décortiquer mais bon, j'ai du boulot qui m'attend.

Bref j'ai jeté le document à la poubelle et je vais continuer d'essayer de m'adapter au patient, selon ses capacités financières, de compréhension, de transport, etc. Je ne pense pas que j'y arrive toujours. Parce que malgré tous mes efforts, je ne me rends en effet pas bien compte de ce qu'ils vivent vraiment. Parce que je n'ai pas le temps, et que je ne suis pas assistante sociale. Parce que je ne connais pas les tarifs de tous les spécialistes du coin. Parce que je ne peux pas tout faire, tout simplement. J'essaie déjà de faire de la médecine, entre deux paperasses.

Ce document n'est pas une aide, c'est une provocation pour les médecins généralistes car ils les rend responsables des difficultés des gens, difficultés causées par des problèmes économiques auxquelles les médecins n'ont pas LA solution. C'est une nouvelle pirouette pour accuser les généralistes des difficultés d'accès au soin.

.

.

* à l'internet : private joke, pour ceux qui se reconnaitront.

Voir les commentaires

Rédigé par Fluorette

Repost0