Publié le 18 Mai 2011

Si tout va bien, à l'heure où ce post paraitra, j'aurai passé des heures à optimiser nos valises pour qu'en 40 kilos tienne tout ce qui sera nécessaire à notre vie pour 1 mois. Je n'aurai pas oublié les passeports ni les billets ni les permis internationaux ni toutes les réservations que nous avons déjà faites ni les dollars multicolores ni ni ni... 

Si tout va bien, nous nous serons levés aux aurores, nous aurons enfilé nos bas de contention*, pris le train et nous serons dans l'avion pour 24 heures de vol. Je n'aurai pas oublié de faire nos messages téléphoniques ni de débrancher la box (mais j'aurai beaucoup hésité parce que comment enregistrer docteur house box éteinte?), encore moins de fermer les volets.

Si tout s'est bien passé, j'aurai le sourire jusqu'aux oreilles, je tiendrai la main de Mr Poilu qui a peur des décollages, trous d'air et autres atterrissages (mais ne le répétez pas c'est un secret, un poilu, un vrai n'a pas peur de l'avion) et je penserai de nouveau que j'ai beaucoup de chance. Je me ficherai bien qu'un nain pleure parce que j'aurai mon coussin gonflable, mes boules quies, mes stilnox et mon masque à yeux**, qui ne seront pas restés sur la table comme la dernière fois.

Je précise si tout va bien car nous sommes un peu maudits des transports. Pour des raisons indépendantes de notre volonté, j'ai déjà été bloquée avec ou sans Mr Poilu dans un nombre incalculable de TGV, dans un TER pendant plus de 4 heures et encore parce qu'avec mes compagnons de wagon nous nous en sommes enfuis, dans un avion qui ne décollait pas suite à une grève des contrôleurs, dans une voiture pendant 6 heures en Champagne (mais sans champagne malheureusement), dormi sur des bancs d'aéroports, voire même par terre... Curieusement, quand le volcan a fumé, nous étions chez nous bêtement, pour une fois.

Mais aucune raison que tout cela n'arrive aujourd'hui. Dans moins de 24 heures, nous aurons posé le pied au pays des kangourous et des koalas, il fera presque chaud et nous serons bien.

Welcome to Sydney!

 

Comme cela faisait longtemps que je voulais vous parler de l'ouest américain, j'ai préparé quelques posts-photos à paraitre en mon absence. J'espère que c'est une bonne idée.

 

*Appelez nous mamie et papi

** Appelez moi super mamie

 

Voir les commentaires

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Ma petite vie

Repost0

Publié le 12 Mai 2011

- A quoi tu penses?

Je pense que nous sommes bien là, sur le canapé. Que j'aime tripoter tes cheveux alors que tu es captivé par Dr House. D'ailleurs c'est bizarre que tu l'aimes tellement, lui qui est si différent de toi. Je pense que je voudrais que cela dure toujours, qu'il ne faut pas qu'il t'arrive quelquechose car je supporterai mal de ne plus savoir que tu vas rentrer le soir, de ne plus te voir sourire quand tu apparais dans le salon en enlevant ta cravate, de ne plus voir ton regard désapprobateur car j'ai mis plus de bordel que je n'en ai rangé, en apparence. 

Je pense qu'il y a encore des travaux à faire et des cartons à ranger mais que ça avance doucement. Tout se met en place petit à petit. Je pense que ce mur rouge était une bonne idée. Il ne faut pas oublier de rentrer les orchidées qui trempent dehors ce soir, ces deux-là souffrent déjà, si on les oublie elles mourront. Il faut encore mettre du poulet au citron dans les tupperwares et les descendre au congélateur. J'ai envie d'une tisane et d'un chocolat.

Je regarde les peluches lapins cretins et je me dis que ça fait longtemps qu'on n'a pas joué. Je pense que Prescrire est toujours dans sa pochette. Trop de choses en ce moment.

Je pense au programme de demain, aux mails à envoyer à propos de ma future installation, au sms à celui qui ne m'a toujours pas payé mon dernier remplacement, ça m'énerve c'est malhonnête, aux plafonniers encore à installer, à notre virée pour chercher un miroir et ce qui sera nécessaire pour fabriquer notre penderie, que ce serait bien de tondre la pelouse et de replanter les aromatiques avant notre départ.

Tiens d'ailleurs, nous devons encore réserver une voiture mais je ne sais plus pour où. Et des hôtels aussi pour Uluru. J'espère que nous recevrons les dollars avant le départ. Je croise les doigts. Il faut aller acheter les chaussettes de contention, l'anti-moustique, les crèmes solaires, des maillots de bain, un sac à dos, des baskets... J'effleure ton coude : oh le dexeryl aussi. Ton eczema me rappelle que tu m'as posé une question.

- A rien chéri, je suis fatiguée

- Je fais une tisane?

Tu sors la boîte de chocolats. Je souris.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Ma petite vie

Repost0

Publié le 6 Mai 2011

Je voulais écrire un joli post ce matin, j'avais une jolie idée. Mais j'avais un commentaire qui me fait réfléchir. 

Message aux âmes bien pensantes : un blog est le reflet de son auteur, pas de ses lecteurs.

J'écris ici ce que JE pense, pas ce que les autres attendent de moi. On a trop attendu de moi toute ma vie. J'ai 30 ans, ça suffit. J'ai le droit de ne pas me sentir à ma place là où je vis. J'ai le droit de l'écrire. J'ai le droit de parler de ce que je vois au boulot parce que ça me fait du bien (je fais très attention à ce qu'on ne puisse pas savoir ni où ni quand ni qui, je change les prénoms, les lieux, les dates, je romance parfois). J'ai le droit de raconter les histoires de patients qui m'on fait sourire et celles qui m'ont fait du mal (pour le moment, celles qui font mal, je ne les ai pas publiées parce que justement ça fait mal). J'ai le droit d'exposer mes opinions. Et j'ai le droit de juger si bon me semble.

Les blogs sont encore des espaces de liberté, il n'en reste pas beaucoup. Gardons-les. Précieusement.

Sur le net, il est facile de mal interpréter une phrase ou de juger un auteur parce qu'on ne le voit pas et qu'en fait on ne le connait pas. A force de lire quelqu'un, on peut parfois penser le connaitre mais ce n'est pas le cas. On ne connait déjà pas les gens qu'on cotoie "en vrai" alors sur le net, laissez-moi rire. Peut-être que si nous nous rencontrons le courant passera... ou pas.

Alors, ami lecteur, si tu aimes mes histoires, continue de venir tu es le bienvenu. Si tu as une expérience à partager, n'hésite pas à commenter. Si tu n'es pas du même avis, discutons, ne pars pas en claquant la porte. (Ne te permets pas de dire que je suis raciste, ça me mets de mauvais poil, je crois que ce matin c'était la goutte d'eau).

Mais ne venez pas en espérant lire ce que vous aimeriez écrire ou que vous êtes satisfaits de votre vie que vous pensez proche de la mienne parce qu'on vit deux vies différentes. Nous n'avons pas la même histoire, pas les mêmes proches, pas les mêmes occupations et pré-occupations.

Si vous voulez du lisse et du "tout le monde est beau, tout le monde est gentil", je ne peux que vous conseiller d'aller voir ailleurs. Ce n'est pas ma vision du monde.

Edit : la liberté n'est que relative c'est vrai. On ne peut pas écrire tout et n'importe quoi. Je ne crois pas avoir encore dépassé les bornes.

Voir les commentaires

Rédigé par Fluorette

Publié dans #Divers

Repost0