Tentacules

Publié le 3 Février 2016

 

Il est un peu en retard et je l'attends sous la verrière de la gare, espérant qu’il ne m’a pas oubliée. J’entends sa voix sur son répondeur à l’instant où je le vois sortir en courant du parking. Je glisse mon téléphone dans ma poche et je réajuste mes mitaines. Il sourit en me voyant. Nous nous retrouvons à mi-chemin dans les escaliers. Il me serre fort et je lui murmure tu avais raison, nous n’arriverons plus à vivre à distance trop longtemps, il faudra que tu démissionnes si... Il dit je sais et me serre encore plus fort.

Parvenus à la voiture, je me cale sur le fauteuil et abaisse un peu le dossier de mon siège. Les lumières de la ville défilent, rendues floues par la vitesse, je respire doucement. Bon Iver chante pour Emma, doucement, pour dire comme il l’aime, alors qu’elle ne l’aime plus. Cette douceur dans cette voix. Comment ai-je pu attendre d’avoir 35 ans pour découvrir cet album. Ou peut-être était-ce le bon moment pour que j’apprécie autant.

Ces deux jours de formation ont été éprouvants. La douleur thoracique ne m’a pas lâchée, tout juste a-t-elle diminué quand les larmes sont sorties. Trop de souvenirs et trop de souffrances ressurgis de la mémoire où j’avais consciencieusement tenté de les enterrer pour toujours. C’est bizarre la mémoire.

Mon corps doucement se relâche. Je me laisse bercer par le mouvement régulier de la voiture, sur cette chaussée d’autoroute refaite de fraîche date. Je sens la brûlure dans ma poitrine qui s’estompe petit à petit.

C’était éprouvant. Je n’étais pas prête et ne m’attendais pas à ça. Ça devait juste être une formation. Comme une autre. Et ça a été tellement plus que ça, ça a remué tant de sensations, de souvenirs.

Il pose sa main sur ma cuisse. Nos yeux se croisent, il me dit t’as beaucoup pleuré toi hein. Je fais une petite grimace. Il presse doucement ma cuisse avec ses doigts avant de les glisser à nouveau sur le volant.

Faut-il vraiment revivre tous ces souvenirs pour enfin avancer, pourquoi maintenant, pourquoi cette pieuvre aux tentacules brûlantes s’empare-t-elle parfois de ma poitrine, pourquoi n’est-ce pas contrôlable, comment vivre avec elle.

Mes yeux se perdent dans le reflet de la lune sur un lac. Au loin, les lumières éclairent les pistes de ski. La neige a pourtant déjà beaucoup fondu. Les montagnes se découpent sur un fond pas tout à fait noir. Les étoiles brillent déjà.

Une larme coule sur ma joue. Il dit au fait j’ai vu mon père, il voulait nous rassurer, quand on reviendra ils pourront nous loger. Je le regarde et nous explosons de rire tous les deux, visualisant avec angoisse une éventuelle cohabitation.

Je glisse ma main dans son cou et le caresse, avant de m’interrompre, me rappelant qu’il n’aime pas ça quand il conduit. Je soupire un désolée. Et il me dit non, tu peux continuer.

Il me regarde, sourit. Il dit ça va aller.

Oui, ça va aller.

Je suis rentrée au port. La pieuvre, elle, reste en haute mer.

Rédigé par Fluorette

Repost 0
Commenter cet article

Lauriane 03/02/2016 21:37

<3

jlm 03/02/2016 21:10

Très beau comme d’habitude !
Oui les commentaires sont très justes !
Bon courage
Biz

MFS 03/02/2016 17:36

Nous ne nous connaissons pas.
Je commente ici pour la première fois.

Je lis votre blog régulièrement. A l'instant où je l'ai découvert, je l'ai lu entièrement, complusivement, en partant du début.

Je suis admirative de votre positionnement de soignant, je suis touchée par les épreuves que vous avez eu à surmonter et attristée de voir que certaines semblent être plus fortes que vous.

Vous semblez si bien entourée et si bien aimée, que, petite anonyme, de la toile, mon message de soutien ne pèsera sans doute pas bien lourd. Mais j'espère sincèrement que, quels que soient vos démons, vous en viendrez à bout. Car, comme l'a très bien dit Bellavole, j'ai beau ne pas vous connaitre, je sais que vous êtes une belle personne. Et les belles personnes ne devraient pas avoir de si gros chagrins.

Koa 03/02/2016 15:02

Bon chemin avec tout ça.

Bellavole 03/02/2016 13:26

Désolée de sentir toute cette tristesse dans tes lignes... Je ne sais pas à quels démons elle correspond mais je te souhaite de faire la paix avec eux et que ces tentacules se dé serrent finalement et te laissent te reposer, faire des projets et avancer. Je te lis depuis un moment déjà et dans le monde où j'aimerais vivre les belles personnes comme toi ne devraient pas avoir de si gros chagrins.